La commission d’enquête sur Muskrat Falls parle d’un projet «mal avisé»

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Le commissaire qui a enquêté sur le chantier du barrage hydroélectrique Muskrat Falls, au Labrador, affirme que les gouvernements terre-neuviens précédents n’ont pas protégé adéquatement les intérêts de la province avec ce projet «mal avisé».

Dans un rapport publié mardi, le juge Richard LeBlanc, de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador, affirme aussi que le gouvernement a laissé tomber les citoyens lorsqu’il a décidé que le mégaprojet irait de l’avant coûte que coûte.

Le juge LeBlanc a tenu des audiences de l’automne 2018 jusqu’à l’été dernier sur les dépassements de coûts et d’échéanciers pour la construction de ce barrage de 12,7 milliards $ sur le cours inférieur du fleuve Churchill, au Labrador.

Le premier ministre libéral, Dwight Ball, et la ministre des Ressources naturelles, Siobhan Coady, ont déposé le rapport en six volumes lors d’une conférence de presse mardi à Saint-Jean. Le rapport avait été présenté au gouvernement Ball jeudi dernier puis étudié par des avocats du gouvernement avant sa publication mardi. Le premier ministre Ball a indiqué que le rapport sera maintenant transmis à la police et au ministère provincial de la Justice.

Les coûts du mégaprojet de Muskrat Falls ont pratiquement doublé depuis qu’il a été lancé en 2012; ces coûts représentent maintenant environ le tiers de la dette de la province. Certains témoins au cours de l’enquête LeBlanc ont suggéré que les estimations de coûts avaient été intentionnellement minimisées. De nombreux responsables — y compris d’anciens premiers ministres — ont soutenu qu’ils n’avaient jamais été informés des risques financiers du mégaprojet.

On prévoit que les tarifs d’électricité vont exploser à Terre-Neuve-et-Labrador lorsque le barrage de Muskrat Falls s’ajoutera au réseau électrique en 2021. Le 10 février dernier, les gouvernements fédéral et provincial ont convenu de renégocier la structure financière du projet pour éviter que ses dépassements de coûts ne soient épongés par les seuls consommateurs.

Les plus populaires