La confiance des Canadiens envers les scientifiques, PDG et journalistes s’est érodée

TORONTO — Une nouvelle enquête indique que l’érosion de la confiance envers les scientifiques, les PDG et les journalistes pourrait nuire au déploiement du vaccin contre la COVID-19 au Canada.

L’enquête menée par la société de communication Edelman a révélé que la confiance envers les scientifiques était en baisse de six points comparativement à l’enquête de l’année dernière, tandis que la confiance envers les experts universitaires avait diminué de 16 points, les PDG de cinq points et les journalistes de quatre points.

Elle a également révélé que la moitié des Canadiens estiment que les chefs d’entreprise tentent délibérément d’induire les gens en erreur en disant des choses qu’ils savent être fausses, tandis que 46 % croient que les chefs de gouvernement font de même.

L’enquête souligne des difficultés croissantes dans la détection des informations fiables et des sources crédibles.

Elle révèle que seulement un Canadien sur cinq a une bonne «hygiène de l’information», ce qui inclut le suivi de l’actualité, l’évitement des chambres d’écho et la vérification de l’information.

La firme a constaté un lien entre une mauvaise hygiène de l’information et une hésitation face à la vaccination, ce qui pourrait nuire à la lutte contre la pandémie si trop peu de Canadiens se font vacciner.

Par exemple, l’enquête indique qu’environ 73 % des Canadiens ayant une bonne hygiène de l’information sont prêts à se faire vacciner d’ici un an, comparativement à 59 % de ceux qui ont une mauvaise hygiène de l’information — un écart de 14 points.

Dans l’ensemble, le rapport révèle que 66 % des Canadiens se disent prêts à se faire vacciner dans l’année, ce qui se situe en deçà du niveau nécessaire pour obtenir l’immunité collective.

Par ailleurs, l’enquête indique aussi qu’en dépit de la pandémie, les Canadiens sont plus préoccupés par les pertes d’emplois, suivies des cyberattaques et des changements climatiques.

Seulement environ 60 % des Canadiens s’inquiètent à l’idée de contracter le coronavirus, tandis que la moitié craignent de perdre leurs libertés après une année de confinement et d’autres mesures restrictives.

Le Baromètre de confiance Edelman 2021 s’appuie sur des sondages menés en ligne auprès de 1500 Canadiens l’automne dernier.

Selon les normes généralement acceptées de l’industrie du sondage, les enquêtes en ligne ne peuvent pas se voir attribuer une marge d’erreur, car elles n’échantillonnent pas la population au hasard.

Laisser un commentaire