La Corée du Nord confirme le test d’un missile et menace de mesures plus puissantes

SÉOUL, Corée, République de — La Corée du Nord a déclaré dimanche que son dernier test de missile balistique intercontinental visait à renforcer davantage sa capacité d’attaque nucléaire «fatale» contre ses rivaux, alors qu’elle menaçait de prendre d’autres mesures puissantes en réponse à l’entraînement militaire prévu entre les États-Unis et la Corée du Sud.

Le test de missile balistique intercontinental (ICBM) de samedi, le premier test de missile de la Corée du Nord depuis le 1er janvier, indique qu’il utilise les exercices de ses rivaux comme une opportunité d’étendre sa capacité nucléaire pour renforcer son influence dans les relations futures avec les États-Unis. Un expert affirme que la Corée du Nord pourrait chercher à organiser des exercices opérationnels réguliers impliquant ses ICBM.

L’agence de presse officielle de la Corée du Nord (KCNA) a déclaré que le lancement de l’ICBM Hwasong-15 existant avait été organisé «soudainement» et sans préavis, sur l’ordre direct du dirigeant Kim Jong-un, samedi à l’aube.

KCNA a indiqué que le lancement avait pour but de vérifier la fiabilité de l’arme et la préparation au combat de la force nucléaire du pays. Elle a spécifié que le missile avait été tiré à un angle élevé et avait atteint une altitude maximale d’environ 5770 kilomètres, parcourant une distance d’environ 990 kilomètres avant de toucher avec précision une zone prédéfinie dans les eaux entre la péninsule coréenne et le Japon.

Le lancement à angle élevé visait apparemment à éviter les pays voisins. Les détails du vol rapportés par la Corée du Nord, qui correspondaient à peu près aux détails de lancement précédemment évalués par ses voisins, montrent que l’arme est théoriquement capable d’atteindre le continent américain si elle est tirée sur une trajectoire standard.

Le lancement de Hwasong-15 a démontré la «puissante dissuasion nucléaire physique» de la Corée du Nord et ses efforts pour «transformer sa capacité de contre-attaque nucléaire fatale contre les forces hostiles» en une capacité extrêmement puissante qui ne peut être contrée, a mentionné KCNA.

La question de savoir si la Corée du Nord dispose d’un ICBM à tête nucléaire en état de marche fait toujours l’objet d’un débat extérieur, car certains experts disent que la Corée du Nord n’a pas maîtrisé une technologie permettant de protéger les ogives des conditions sévères de la rentrée dans l’atmosphère. La Corée du Nord a affirmé avoir acquis une telle technologie de rentrée dans l’atmosphère.

Le Hwasong-15 est l’un des trois ICBM existants de la Corée du Nord qui utilisent tous des propulseurs liquides qui nécessitent des injections avant le lancement et ne peuvent pas rester alimentés pendant de longues périodes. La Corée du Nord fait pression pour construire un ICBM à combustible solide, qui serait plus mobile et plus difficile à détecter avant son lancement.

«Kim Jong-un a probablement déterminé que la fiabilité technique de la force ICBM à propergol liquide du pays a été suffisamment testée et évaluée pour permettre désormais des exercices opérationnels réguliers de ce type», a déclaré Ankit Panda, un expert de la Fondation Carnegie pour la paix internationale. 

Développer des armes

Le lancement de la Corée du Nord est intervenu un jour après qu’il a promis une réponse forte «sans précédent» à une série d’exercices militaires que Séoul et Washington prévoient dans les semaines à venir.

Dans une déclaration séparée dimanche, Kim Yo-jong, la sœur influente de Kim Jong-un, a accusé la Corée du Sud et les États-Unis de «montrer ouvertement leur cupidité dangereuse et leur tentative de prendre le dessus militaire et d’occuper une position prédominante dans la péninsule coréenne». 

«Je préviens que nous surveillerons chaque mouvement de l’ennemi et prendrons des contre-mesures correspondantes, très puissantes et écrasantes contre chacun de ses mouvements hostiles à notre égard», a déclaré Kim Yo-jong.

La Corée du Nord n’a cessé de dénoncer les entraînements militaires réguliers entre la Corée du Sud et les États-Unis comme une répétition d’invasion, bien que les alliés affirment que leurs exercices sont de nature défensive. Certains analystes disent que la Corée du Nord utilise souvent la Corée du Sud et les États-Unis comme prétexte pour tester et moderniser ses arsenaux d’armes, ce qu’elle juge essentiel pour obtenir l’allégement des sanctions et d’autres concessions de la part des États-Unis.

«À présent, nous savons que toute action entreprise par les États-Unis et la Corée du Sud – même justifiée du point de vue de la défense et de la dissuasion contre le comportement imprudent (de la Corée du Nord) – sera interprétée et protestée comme un acte d’hostilité de la part de la Corée du Nord», a déclaré Soo Kim, analyste de la sécurité à la RAND Corporation, basée en Californie. 

«Avec des armes nucléaires à portée de main et maîtrisant l’art de la coercition et de l’intimidation, Kim Jong-un n’a pas besoin de « légitime défense ». Mais opposer les États-Unis et la Corée du Sud en tant qu’agresseurs permet à Kim Jong-un de justifier son développement d’armes», a expliqué Soo Kim.

La porte-parole du Conseil de sécurité nationale des États-Unis, Adrienne Watson, a déclaré que les États-Unis prendraient toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de la patrie américaine, de la Corée du Sud et du Japon. 

Le Conseil de sécurité nationale de la Corée du Sud a indiqué qu’il chercherait à renforcer sa «posture de réponse écrasante» contre une éventuelle agression nord-coréenne sur la base de la solide alliance militaire avec les États-Unis.

Les responsables militaires sud-coréens et américains prévoient d’organiser cette semaine un exercice de table pour peaufiner une réponse conjointe à une utilisation potentielle d’armes nucléaires par la Corée du Nord. Les alliés doivent également mener un autre exercice conjoint simulé par ordinateur et des entraînements sur le terrain en mars.

La Corée du Nord vient de connaître une année record de démonstrations d’armes avec plus de 70 missiles balistiques tirés, y compris des armes à capacité nucléaires. La Corée du Nord a déclaré que bon nombre de ces tests d’armes étaient un avertissement concernant les exercices militaires américano-sud-coréens. L’année dernière, elle a également adopté une loi qui lui permet d’utiliser des armes nucléaires de manière préventive dans un large éventail de scénarios.

Kim Jong-un a entamé l’année 2023 en appelant à une «augmentation exponentielle» des ogives nucléaires du pays, à la production de masse d’armes nucléaires tactiques sur le champ de bataille ciblant la Corée du Sud et au développement d’ICBM plus avancés ciblant les États-Unis.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.