La Corée du Nord et la Corée du Sud s’échangent des tirs de défense en mer

SÉOUL, Corée, République de — Les deux Corées ont échangé lundi des coups de semonce le long de leur frontière maritime contestée, ont annoncé leurs responsables militaires, au milieu de tensions accrues à propos des récents essais d’armes de la Corée du Nord.

L’état-major interarmées sud-coréen a indiqué dans un communiqué que sa marine avait diffusé des avertissements et tiré des coups de semonce pour repousser un navire marchand nord-coréen qui, selon lui, avait violé la frontière maritime lundi matin.

Puis, l’armée nord-coréenne a soutenu que ses unités de défense côtière avaient répondu en tirant 10 coups de semonce d’artillerie en direction de ses eaux territoriales, où «un mouvement naval ennemi a été détecté». Elle a accusé un navire de la marine sud-coréenne d’avoir pénétré dans les eaux nord-coréennes.

Les chefs d’état-major interarmées de la Corée du Sud ont plaidé que les tirs d’artillerie nord-coréens violaient un accord intercoréen de 2018 sur la réduction des animosités militaires et mettaient en péril la stabilité dans la péninsule coréenne. Ils ont ajouté que les obus nord-coréens n’avaient pas atterri dans les eaux sud-coréennes, mais que la Corée du Sud renforçait sa préparation militaire.

Aucun affrontement n’a été signalé, mais la frontière maritime au large de la côte ouest de la péninsule coréenne est une source d’animosités depuis longtemps.

Ces dernières semaines, la Corée du Nord a mené une série d’essais d’armes en réponse à ce qu’elle appelle des exercices militaires conjoints provocateurs entre la Corée du Sud et les États-Unis. Certains observateurs affirment que la Corée du Nord pourrait étendre sa série de tests ou lancer des provocations près de la frontière maritime occidentale, alors que les militaires sud-coréens et américains poursuivent leurs exercices militaires combinés.

Washington et Séoul avaient réduit ou annulé leurs exercices réguliers ces dernières années pour soutenir leur diplomatie nucléaire désormais en sommeil avec la Corée du Nord ou se prémunir contre la pandémie de COVID-19.

Mais les alliés ont relancé ces entraînements depuis l’investiture, en mai, du président conservateur sud-coréen Yoon Suk Yeol, qui promet une position plus ferme sur la provocation nord-coréenne.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.