La Corée du Nord propose des pourparlers si les sanctions sont allégées

SÉOUL, Corée, République de — L’influente soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a déclaré vendredi que son pays était prêt à reprendre les pourparlers avec la Corée du Sud si les conditions étaient réunies, indiquant qu’elle souhaitait que Séoul persuade Washington d’assouplir les sanctions économiques paralysantes.

La déclaration de Kim Yo Jong est intervenue quelques jours après que la Corée du Nord a effectué ses premiers essais de missiles en six mois, qui, selon certains experts, visaient à montrer qu’elle continuerait à renforcer son arsenal d’armes si les sanctions orchestrées par les États-Unis se poursuivent alors que la diplomatie nucléaire reste au point mort.

Kim Yo Jong a proposé les pourparlers tout en mentionnant l’appel du président sud-coréen Moon Jae-in, lancé dans un discours prononcé à l’Assemblée générale des Nations Unies, en faveur d’une déclaration politique mettant fin à la guerre de Corée de 1950-1953 comme moyen de ramener la paix dans la péninsule.

«Sourire d’un sourire forcé, lire la déclaration de la fin de la guerre, et se faire prendre en photo peut être essentiel pour quelqu’un, mais je pense que cela ne tiendrait pas la route et n’y changerait rien, compte tenu des inégalités existantes, des contradictions sérieuses et des hostilités», a déclaré Kim Yo Jong dans un communiqué diffusé par les médias d’État.

La soeur du dirigeant a déclaré que la Corée du Nord était disposée à participer à des pourparlers «constructifs» avec la Corée du Sud pour discuter de la façon d’améliorer et de réparer les liens tendus si le Sud cessait de provoquer le Nord avec des politiques hostiles, des affirmations farfelues et des double jeu.

Le ministère sud-coréen de l’Unification a déclaré qu’il examinait attentivement la déclaration de Kim Yo Jong. Il a déclaré que la Corée du Sud poursuivra ses efforts pour rétablir ses relations avec la Corée du Nord.

Nam Sung-wook, un professeur à l’Université de Corée en Corée du Sud, a déclaré que la Corée du Nord exerce une pression indirecte sur Séoul pour qu’elle s’efforce d’organiser des pourparlers sur l’assouplissement des sanctions alors qu’elle fait pression pour la déclaration de la fin de la guerre.

«C’est comme si la Corée du Nord disait qu’elle accueillerait favorablement des pourparlers sur la déclaration de fin de guerre si la levée des sanctions peut également être discutée», a déclaré M. Nam.

Les sanctions dirigées par les États-Unis ont été renforcées à la suite de la série provocatrice d’essais nucléaires et de missiles de la Corée du Nord en 2016 et 2017, et Kim Jong Un a affirmé que les sanctions, la pandémie de coronavirus et les catastrophes naturelles étaient à l’origine de la «pire» crise en Corée du Nord.

Plus tôt cette année, il a averti qu’il élargirait l’arsenal nucléaire du pays si les États-Unis refusaient d’abandonner leur «politique hostile» envers la Corée du Nord, une référence apparente aux sanctions.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.