La Corée du Nord tire un missile balistique près des eaux japonaises

SÉOUL, Corée, République de — La Corée du Nord a tiré un missile balistique intercontinental qui a atterri près des eaux japonaises, vendredi, lors de son deuxième essai majeur d’armes ce mois-ci.

La récente série d’essais militaires de la Corée du Nord vise à faire progresser son arsenal nucléaire. Elle survient alors que la Chine et la Russie se sont opposées aux mesures américaines visant à durcir les sanctions de l’ONU pour freiner le programme nucléaire de la Corée du Nord.

L’état-major interarmées sud-coréen a indiqué avoir détecté le lancement du missile depuis la région de la capitale nord-coréenne vers 10h15. Le Japon a précisé qu’il semblait voler sur une trajectoire élevée et avoir atterri à l’ouest de son île d’Hokkaido.

Selon les estimations sud-coréennes et japonaises, le missile a parcouru entre 6000 et 6100 kilomètres à une altitude maximale de 1000 kilomètres.

Le ministre japonais de la Défense, Yasukazu Hamada, a déclaré que le missile avait une portée supérieure à 15 000 kilomètres, ce qui lui permettrait de couvrir «l’ensemble du continent américain».

Dans son discours d’ouverture lors d’une réunion à Bangkok, le premier ministre japonais, Fumio Kishida, a qualifié le lancement de «totalement inacceptable», affirmant que le missile était tombé à l’intérieur de la zone économique exclusive du Japon à l’ouest d’Hokkaido.

Plus tard vendredi, l’armée sud-coréenne a annoncé que ses avions de chasse F-35 avaient mené des exercices simulant des frappes aériennes de missiles mobiles nord-coréens sur un champ de tir près de sa frontière terrestre avec la Corée du Nord. Elle a indiqué qu’un groupe de huit avions de combat sud-coréens et américains ont effectué séparément un entraînement en vol au large de la côte est de la péninsule coréenne.

La Corée du Nord avait lancé un autre missile balistique intercontinental le 3 novembre, mais les experts ont estimé que l’arme n’a pas réussi à effectuer son vol prévu et est tombée dans l’océan.

Ces derniers mois, la Corée du Nord a effectué des dizaines d’essais de missiles à courte portée qu’elle a qualifiés de simulations d’attaques nucléaires contre des cibles sud-coréennes et américaines.

La Corée du Nord considère la présence militaire américaine dans la région comme une preuve de l’hostilité américaine. Selon le pays, sa récente série de lancements d’armes est une réponse à ce qu’il a appelé des exercices militaires provocateurs entre les États-Unis et la Corée du Sud.

On craignait que la Corée du Nord ne procède à son premier essai nucléaire en cinq ans comme prochaine étape majeure dans le renforcement de sa capacité militaire contre les États-Unis et ses alliés.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.