La COVID-19 a fait baisser l’espérance de vie à la naissance en 2020 au Québec

QUÉBEC — Le nombre de décès provoqués par la COVID-19 en 2020 a été tel qu’il a fait  baisser l’espérance de vie au Québec, révèle mercredi l’Institut de la statistique.

Ainsi, en 2020, l’espérance de vie à la naissance s’est établie à 80,6 ans chez les hommes par rapport à 81 ans en 2019.

Et l’espérance de vie à la naissance chez les femmes a atteint 84,0 ans en 2020 par rapport à 84,7 ans en 2019.

Les auteurs du rapport de l’Institut de la statistique du Québec, Frédéric Fleury-Payeur et Ana Cristina Azeredo, sont formels: il s’agit de «baisses non négligeables».

Pour illustrer l’importance des baisses enregistrées, l’Institut de la statistique souligne que l’espérance de vie à la naissance «avait plutôt tendance à augmenter au fil des ans». 

Ainsi, de 2010 à 2019, cette espérance de vie avait crû de 2,3 mois par année pour les hommes et de 1,5 mois par année pour les femmes. 

Nombre de décès

En 2020 toujours, le Québec a enregistré 74 550 décès, soit une hausse de 6750 décès ou 10 % par rapport à 2019.

À titre de comparaison, de 2010 à 2019, la hausse moyenne des décès était de moins de 2 %.

Et pour ceux qui sont encore sceptiques quant au nombre de décès liés à la COVID-19, l’Institut de la statistique parle d’une «hausse marquée du nombre de décès au Québec en 2020».

«La pandémie de COVID-19 a eu une influence importante sur la mortalité enregistrée au Québec en 2020», affirme l’ISQ, ajoutant qu’«une augmentation de cette ampleur constitue une exception».

D’ailleurs, «la hausse marquée du nombre de décès a commencé à partir de la fin mars, alors que les premiers décès liés à la COVID-19 étaient recensés», précise l’Institut de la statistique. Cette hausse a été particulièrement forte en avril et mai.

Autre donnée significative: du 22 mars au 6 juin 2020, le Québec a enregistré 18 900 décès, comparativement à 14 200 pour les semaines comparables de 2019. Il s’agit d’une augmentation de 4700 décès, soit 33 %.

Et à ceux qui comparent encore la COVID-19 à une «grosse grippe», l’Institut de la statistique souligne que même lorsque le Québec a connu des saisons grippales «très sévères», dans le passé, «aucun pic de décès n’avait cependant atteint l’ampleur de celui lié à la pandémie de COVID-19 observé en 2020».

Définition

L’ISQ donne les définitions suivantes: l’espérance du moment mesure le nombre moyen d’années qu’une population pourrait s’attendre à vivre si elle était soumise tout au long de sa vie aux conditions de mortalité d’une année ou d’une période donnée.

«Elle ne représente pas la durée de vie moyenne réelle d’une génération, car cette durée dépendra de l’évolution de la mortalité jusqu’à l’extinction complète de la génération», ajoute l’ISQ.

Laisser un commentaire