La COVID-19 pourrait avoir rehaussé la confiance des Canadiens envers la science

L’apparition de la pandémie de COVID-19 a peut-être renforcé la confiance du public envers la science et les scientifiques, selon une nouvelle enquête.

«Je pense que c’est fantastique que nous voyions le déclin du scepticisme à l’égard de la science chez les Canadiens», a réagi Brett McCollum, chimiste à l’Université Mount Royal de Calgary, qui a vu les résultats du sondage.

La société 3M commande depuis 2018 un sondage mondial annuel sur les opinions face à la science.

En 2018, environ 29 % des personnes sondées à travers le monde se sont dits sceptiques à l’égard de la science. Ce pourcentage était passé à environ 35 % à l’automne 2019.

Mais l’été suivant, ce scepticisme était retombé à 28 %.

Les données canadiennes, recueillies auprès de 1000 personnes sondées, vont dans le même sens. Le scepticisme envers la science est passé de 29 % avant la pandémie à 21 % par la suite.

De plus, 50 % des Canadiens ont déclaré qu’ils étaient maintenant plus disposés à défendre la science en raison de la pandémie. Avant la COVID-19, ce chiffre était de 25 %.

Les gens semblent également plus disposés à garder l’esprit ouvert devant les preuves scientifiques.

Avant la pandémie, environ 30 % des Canadiens affirmaient ne croire que la science qui correspondait à ce qu’ils croyaient déjà. Ce chiffre était conforme aux années précédentes.

Mais l’été dernier, ce chiffre était tombé à 22 %.

La confiance envers les scientifiques et dans la science elle-même a également légèrement augmenté au Canada depuis l’apparition de la COVID-19. Les deux ont gagné quelques points de pourcentage, à 89 et 91 %, respectivement.

M. McCollum, qui est également titulaire d’une chaire de recherche 3M, estime que la pandémie a fait comprendre aux gens l’importance réelle de la compréhension scientifique.

«Un projet de recherche réalisé dans un laboratoire d’une université, vous ne voyez pas cet impact dans votre vie quotidienne. Nous ne voyons pas nécessairement ce chemin complet en tant que citoyens.»

«Je pense que la pandémie nous a tous donné l’occasion de faire une pause et de réfléchir et de nous demander « qui va régler la pandémie? »»

M. McCollum a noté que la crédibilité croissante des scientifiques doit s’accompagner de la responsabilité de s’exprimer sur ce que la science conclut au sujet des conséquences des décisions politiques.

«Les scientifiques sont aussi des citoyens.»

Laisser un commentaire