La COVID-19 ralentit encore certains achats militaires déjà retardés

OTTAWA — Alors que le gouvernement fédéral planifie des projets d’achat d’équipements de milliards de dollars pour les Forces armées canadiennes, le principal responsable des achats du ministère de la Défense nationale a déclaré que la COVID-19 ralentissait encore certains achats déjà retardés.

Les six derniers mois ont été marqués par un certain nombre d’achats militaires majeurs, notamment le dévoilement, la semaine dernière, du premier des 16 nouveaux avions militaires de recherche et sauvetage après 16 ans de retards et de controverses.

Les responsables de l’approvisionnement examinent également trois soumissions reçues de fabricants d’avions de chasse à la fin de juillet, alors que le Canada s’approche de la sélection d’un remplaçant pour les CF-18 vieillissants après plus d’une décennie de mauvaise gestion politique.

La liste comprend également la société Irving Shipbuilding, basée à Halifax, qui a livré le premier des six nouveaux navires de patrouille extracôtiers de l’Arctique à la fin juillet et l’achat de nouveaux véhicules d’ingénierie qui étaient réclamés depuis longtemps.

Mais certains de ces jalons auraient été atteints plus tôt sans la COVID-19.

Troy Crosby, Chef d’état-major du Groupe des matériels, reconnaît que de nombreux autres projets sont également touchés par la pandémie.

Cela comprend plus de 100 achats militaires – dont environ la moitié concernent du nouvel équipement et le reste est axé sur la construction de nouvelles infrastructures sur les bases des Forces canadiennes à travers le pays – qui ont été répertoriés comme étant déjà retardés avant que la pandémie ne frappe.

«La COVID n’a rien accéléré», a déclaré Troy Crosby dans une entrevue avec la Presse Canadienne. «Je pense que tout le monde comprendra que cela aura un certain impact. Et que sera exactement cet impact est difficile à dire en ce moment. »

Les retards dans les achats militaires peuvent avoir plusieurs impacts. Dans certains cas, comme les CF-18, les Forces armées canadiennes sont obligées de continuer à utiliser du matériel qui était censé avoir été retiré il y a des années. Dans d’autres, les retards font grimper le coût des nouveaux achats en raison de l’inflation.

Les projets les plus susceptibles d’être retardés en raison de la COVID-19 sont ceux en production, a déclaré Troy Crosby. Les exemples incluent la construction de nouveaux navires de la marine par Irving et Seaspan ULC à Vancouver, qui ont dû adopter la distanciation physique et d’autres mesures reliées à la COVID-19 dans leurs chantiers navals.

«Pour les projets qui sont à un stade où le travail est encore sur les bureaux …, le travail se poursuit», a déclaré Troy Crosby, Chef d’état-major du Groupe des matériels.

«Si vous êtes dans un chantier naval et que vous essayez de faire progresser la production d’un navire compte tenu de toutes les exigences de distance physique et des considérations de santé et de sécurité, c’est difficile.»

Troy Crosby a déjà soutenu qu’une grande partie de la frustration entourant l’approvisionnement militaire était le résultat d’attentes irréalistes nées d’un manque de compréhension de la façon dont le système – qui traite plus de projets qu’à tout moment dans l’histoire récente – fonctionne réellement.

La COVID-19 a également suscité des spéculations selon lesquelles le gouvernement libéral pourrait commencer à réduire sa promesse, dévoilée en 2017, de dépenser 553 milliards de dollars pour l’armée au cours des 20 prochaines années. Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a déclaré à La Presse Canadienne plus tôt ce mois-ci que le financement était «assuré».

Interrogé sur le plan de dépenses – qui est contenu dans la politique de défense des libéraux et connu sous le nom de Protection, Sécurité, Engagement – Troy Crosby a déclaré: «Protection, Sécurité, Engagement continue d’être notre objectif, cette politique a établi un programme de travail et nous essayons d’exécuter ce programme de travail.»

«Il en a été ainsi à travers toute cette situation relativement à la COVID. Cela n’a rien changé…Les gens du groupe du matériel, les gens avec lesquels nous travaillons dans tout le gouvernement, nous sommes tous à l’oeuvre pour réaliser le programme».

Laisser un commentaire