La COVID-19 retarde les travaux de la station arctique de Nanisivik

OTTAWA — La construction d’une nouvelle station de ravitaillement militaire dans l’Arctique est confrontée à un autre retard, plus de 13 ans après sa promesse initiale par le gouvernement fédéral.

Stephen Harper a annoncé pour la première fois son intention de construire le port en eau profonde de Nanisivik au Nunavut en 2007.

On a longtemps espéré que ce port situé sur l’île de Baffin, à environ 20 km d’Arctic Bay soit prêt lorsque le premier des six nouveaux patrouilleurs sera livré à la Marine canadienne.

Il a fallu désenchanté cette semaine lorsque le Harry DeWolf, le premier navire construit dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, a joint la flotte canadienne.

Le ministère de la Défense nationale a reconnu que la station de Nanisivik ne sera pas prête avant 2022.

La porte-parole du ministère, Jessica Lamirande, a dit que le retard était attribuable aux difficultés de voyage associées à la pandémie de COVID-19. Cela survient dans la foulée des nombreux problèmes environnementaux et structurels qui ont affecté le projet au fil des ans.

La station devait inclure à l’origine une piste d’atterrissage et accueillir du personnel pendant toute l’année, mais ces idées ont été abandonnées après que le budget de 116 millions $ du projet eut plus que doublé pour atteindre 258 millions $ en 2013.

Laisser un commentaire
Les plus populaires