La Croatie se prépare au passage à l’euro et à l’entrée dans l’espace Schengen

ZAGREB, Croatie — Plus de neuf ans après que la Croatie est devenue le plus récent membre de l’Union européenne (UE), le pays est sur la bonne voie pour tirer le meilleur parti de son statut de membre de l’UE dans les Balkans.

La Croatie adoptera la monnaie commune de l’UE, l’euro, et rejoindra l’espace Schengen — un accord permettant de voyager librement entre les pays participants sans avoir à faire l’objet d’un contrôle frontalier — le 1er janvier. 

Les responsables de la petite nation de 4 millions d’habitants prédisent que ce changement restera gravé dans les mémoires comme l’une des plus importantes réalisations du pays depuis son indépendance lors de l’éclatement de la Yougoslavie, il y a 31 ans. 

L’adoption de l’euro offre des avantages économiques découlant de liens financiers plus étroits avec les 19 autres utilisateurs de la monnaie et avec la Banque centrale européenne.

«Après 10 ans d’adhésion (à l’UE), nous avons intentionnellement et à juste titre atteint le stade où nous deviendrions le seul pays de l’histoire à rejoindre l’espace Schengen et la zone euro le même jour», a déclaré le premier ministre croate Andrej Plenkovic lors d’une récente conférence de presse sur les prochains jalons de l’intégration, ajoutant que les changements «auront un impact transformateur sur notre économie».

Certains Croates sont néanmoins sentimentaux à propos de la kuna, leur monnaie qui sera progressivement supprimée et qui avait été introduite pour garantir l’autonomie monétaire de la Croatie après sa séparation de l’ex-Yougoslavie et la guerre de 1991 à 1995.

La kuna croate et l’euro seront à double usage pour les paiements en espèces pendant 14 jours.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.