Inondations à Québec: les sinistrés devront encore patienter avant de revenir

QUÉBEC — Les sinistrés des inondations à Québec recevront une compensation financière du gouvernement provincial pour couvrir les coûts des dégâts, mais tout porte à croire qu’ils devront encore patienter avant de rentrer à la maison.

À 19h lundi soir, une porte-parole de la sécurité civile de la Ville de Québec, Sandra Dion, a affirmé qu’il n’y avait pas encore de retour annoncé pour les gens demeurant à l’intérieur du périmètre évacué.

Selon Mme Dion, des travaux avaient encore cours dans les rues du secteur de Duberger-Les Saules pour enlever la glace des chaussées et pour retirer les véhicules coincés dans les glaces.

Une quarantaine de résidences ont été évacuées depuis samedi en raison de la crue de la rivière Saint-Charles, après de fortes précipitations de pluie et de neige.

Plus tôt en journée, le maire de Québec, Régis Labeaume, avait pourtant laissé entendre un retour au bercail plus imminent. «Les gens devraient pouvoir revenir graduellement, (les autorités) sont en train de nettoyer la glace», a déclaré M. Labeaume.

Par ailleurs, les responsables ont récemment fermé les valves du barrage du lac Saint-Charles, ce qui a permis de faire baisser le niveau de l’eau. Les valves doivent cependant être rouvertes après 24 heures.

Elles seront donc relancées tranquillement à 1 h, dans la nuit de mardi, ce qui pourrait faire monter le niveau de l’eau, a prévenu le maire Labeaume, mais cela pourrait prendre quelques heures avant d’en voir les effets.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, qui était aux côtés de M. Labeaume, a par ailleurs annoncé que les sinistrés de Québec recevront l’aide du gouvernement, à l’instar des résidants de 36 autres municipalités touchées par les inondations entre le 11 et le 15 janvier.

Une rencontre d’information avait d’ailleurs lieu à Québec lundi soir afin de «leur venir en aide le plus rapidement possible».

«J’ai signé tout à l’heure l’arrêté ministériel pour s’assurer qu’on puisse enclencher les processus ici même pour les sinistrés», a dit le ministre Coiteux devant les journalistes.

«Ça va être un programme spécifique, le même que celui des inondés du printemps, donc des montants plus importants que ce qui est normalement cas», a-t-il ajouté, sans vouloir s’avancer sur un montant précis.

Plus tôt dans la journée, les responsables de la Sécurité civile encourageaient malgré tout les résidants à rester aux aguets dans les prochaines heures.

Michel Therrien, coordonnateur à la sécurité civile pour la Ville de Québec, a indiqué lundi que les résidants de 30 autres maisons avaient été prévenus qu’ils pourraient être évacués si l’eau devait continuer à monter.

M. Therrien précise que lorsqu’on brise un embâcle, ce sont alors les résidants en aval qui peuvent en subir les conséquences. Mais pour l’instant, ce danger n’est pas imminent, a-t-il dit.

«Ce n’est pas évacué parce que s’il arrivait quelque chose, ce ne serait pas subit.»

Du 11 au 15 janvier, 37 municipalités ont été touchées par des inondations causées par un redoux, de la pluie et des embâcles, selon le ministère de la Sécurité publique.

Les sinistrés de ces localités, incluant ceux de Québec, seront admissibles au Programme d’aide financière du gouvernement provincial, ont annoncé les autorités lundi.