La crue du fleuve Saint-Jean se stabilise à Fredericton

FREDERICTON — Le centre-ville de Fredericton était toujours inondé, lundi, mais le niveau du fleuve Saint-Jean semblait se stabiliser, alors que les craintes se portaient plutôt en aval.

Dans la capitale, les autorités ont fermé lundi des artères et certains bureaux du gouvernement au centre-ville. Les audiences au palais de justice ont été déménagées à Burton; au moins une école a été fermée lundi.

La Croix-Rouge canadienne a indiqué lundi matin qu’une soixantaine d’occupants de 26 résidences avaient été évacués par les autorités, sans compter ceux qui étaient déjà partis d’eux-mêmes depuis les crues de vendredi. 

Geoffrey Downey, porte-parole de l’Organisation des mesures d’urgence, a indiqué lundi matin que l’on craignait maintenant des crues dans les municipalités de Jemseg, Maugerville et Quispamsis. On prévoit des précipitations d’environ huit millimètres d’ici mercredi. 

Pour ce qui est de Fredericton, le fleuve Saint-Jean a approché son niveau de 2008, qui est considéré comme le deuxième plus haut niveau de toute l’histoire, à 8,36 mètres. Samedi, le niveau du fleuve atteignait 8,20 mètres — soit 1,70 mètre de plus que son niveau de crue. Le niveau du fleuve avait toutefois baissé de 10 centimètres dimanche, mais les précipitations de lundi faisaient craindre de nouvelles crues.

Plusieurs municipalités en aval de Fredericton connaissaient aussi des crues, notamment Maugerville, Grand Lake et Jemseg. D’autres bassins versants étaient par ailleurs à risque, notamment ceux des rivières Nashwaak, Middle et Tetagouche.

En point de presse, lundi, le premier ministre Brian Gallant a indiqué que son gouvernement demandera à Ottawa si la province est admissible à un programme fédéral d’indemnisations. «On comprend à quel point ça peut être difficile pour des familles, des personnes déplacées, a-t-il dit. On va être là pour faire ce qu’on peut pour les rassurer et être là pour qu’ils soient en sécurité, mais aussi par la suite pour la réintégration.»

M. Gallant a par ailleurs appelé les citoyens à demeurer informés et vigilants sur l’état de la situation. «Il y a une coordination assez impressionnante de toutes les personnes, que ce soit la Gendarmerie royale du Canada, les pompiers, l’Organisation des mesures d’urgence ou d’autres ministères du gouvernement, afin que les gens soient en sécurité», a-t-il rappelé.

En Nouvelle-Écosse, les fortes pluies de dimanche ont aussi provoqué des inondations dans certains secteurs du Cap-Breton.