La CS des É-U refuse d’intervenir la divulgation des déclarations de revenus de Trump

WASHINGTON — Infligeant une cuisante défaite à l’ancien président Donald Trump, la Cour suprême des États-Unis a refusé lundi d’interdire le transfert de ses déclarations de revenus à un procureur de l’État de New York.

C’était la deuxième fois que le plus haut tribunal du pays était saisi de cette affaire.

Les déclarations de revenus de M. Trump ne devraient pas être rendues publiques dans le cadre de cette enquête criminelle. La décision de la Cour suprême fait quand même mal à M. Trump, qui avait tout mis en oeuvre pour protéger ses déclarations de revenus.

L’enquête pourrait compliquer la vie post-présidentielle de M. Trump. Il a qualifié le tout de «partie de pêche» et dit qu’il s’agit «de la suite de la chasse aux sorcières — la plus grande chasse aux sorcières de l’histoire».

Les derniers documents avaient été présentés à la Cour suprême le 19 octobre. Le tribunal (auquel siègent trois juges nommés par M. Trump) a ensuite attendu plusieurs mois avant de se prononcer — après l’élection présidentielle, après les contestations de M. Trump, et un mois après qu’il eut quitté le pouvoir.

Le tribunal n’a pas expliqué ce délai. L’affaire n’impliquait pas de déterminer si M. Trump avait droit à un traitement spécial en tant qu’ancien président.

La décision représente une victoire pour le procureur Cyrus Vance fils, qui réclame les déclarations de revenus de M. Trump depuis 2019 dans le cadre de son enquête. Le procureur démocrate demandait des dossiers de la firme comptable Mazars, qui travaille depuis longtemps pour M. Trump et ses entreprises.

Mazars se disait prête à collaborer, mais M. Trump s’était adressé aux tribunaux pour bloquer la divulgation des déclarations.

On ne sait pas à quel moment M. Vance pourrait maintenant obtenir les dossiers. Sa seule réaction lundi a été de déclarer que «le travail continue».

Les représentants de M. Trump n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

L’affaire touche plus de huit années de déclarations de revenus personnelles et corporatives concernant M. Trump. L’an dernier, les procureurs avaient évoqué de «possibles activités criminelles, importantes et prolongées, au sein de l’organisation Trump».

Une partie de l’enquête touche des paiements faits à deux femmes — l’actrice porno Stormy Daniels et la mannequin Karen McDougal — pour acheter leur silence pendant la campagne présidentielle de 2016, concernant des affaires extraconjugales qu’elles auraient eues avec M. Trump. L’ancien président nie avoir eu des aventures avec elles.

– Par Jessica Gresko, The Associated Press

Laisser un commentaire