La Défense fait état de reports de dix projets d’approvisionnement militaire

OTTAWA — Le ministère de la Défense nationale fait état de nouveaux reports de dix projets majeurs d’approvisionnement militaire, alors même que des responsables de la défense cherchent de meilleurs moyens de prédire et de gérer l’envoi d’équipement aux soldats.

Ces reports prévus sont précisés dans un nouveau rapport au Parlement et vont de petits ajustements dans la livraison finale de véhicules du génie pour l’armée à des années de retards dans la livraison planifiée de navires militaires.

Plusieurs des projets, tels que les navires militaires et de nouveaux camions de transport pour l’armée, étaient déjà quelques années en retard en fonction de l’échéancier précédent.

Dans une entrevue à La Presse canadienne, le responsable de l’approvisionnement au ministère de la Défense a présenté la dernière année comme ayant été l’une des plus efficaces dans l’envoi de nouvel équipement aux Forces armées.

Tout de même, Patrick Finn, sous-ministre adjoint aux Matériels, a aussi reconnu qu’il faudrait en faire plus pour répondre aux problèmes d’échéancier, qu’il a décrits comme l’élément donnant «le plus de mal à la Défense, beaucoup plus que l’étendue et les coûts».

M. Finn a soutenu qu’il n’y avait pas une seule journée qui passait sans que la Défense «ne livre des choses et n’accomplisse des choses».

«Il n’y a également pratiquement pas une journée qui passe sans que nous ayons à affronter un enjeu technique ou un enjeu d’échéancier, que ce soit un vendeur, que ce soit nous qui causons un délai ou peu importe ce qu’il advient. Nous passons beaucoup de temps à tenter de surmonter tout cela», a-t-il ajouté.

C’est pourquoi le ministère, qui modifie sa manière d’évaluer les coûts de l’équipement dans le cadre de la nouvelle politique du gouvernement Trudeau en matière de défense, cherche à faire de même avec les échéanciers.

«Comment intégrons-nous une certaine contingence dans la planification, d’autres meilleures pratiques sur lesquelles nous nous penchons, afin que, encore une fois, nous n’ayons pas des échéanciers irréalistes», a dit M. Finn.

L’attention portée à la planification se fait alors que le gouvernement se prépare à dévoiler la prochaine tranche de sa politique en matière de défense dans les prochaines semaines, notamment un plan détaillant les investissements qu’il fera sur le nouvel équipement militaire au cours des cinq prochaines années.

Les dix projets majeurs énumérés dans le rapport du ministère de la Défense comme ayant subi de nouveaux reports incluent:

— Les nouveaux navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique. M. Finn a attribué le retard à des problèmes avec un sous-traitant. Le premier navire devait arriver cette année, mais ne sera pas livré avant 2019.

— Les avions de surveillance CP-140 des forces aériennes, qui doivent être renouvelés. Le rapport semble attribuer le blâme à l’entreprise responsable, disant que les négociations ont «augmenté les coûts et réduit la flexibilité».

— Les nouveaux navires de soutien de la Marine, dont la première livraison a été repoussée de deux ans, en 2023. Le gouvernement a récemment approuvé un plan pour commencer les travaux sur des navires plus tôt, les officiels espérant que cela puisse permettre des livraisons en 2022.