La défense se met en place et R. Kelly ne témoignera pas à son procès

CHICAGO — Les avocats de R. Kelly ont commencé à forger une défense jeudi à Chicago, avec un premier témoin affirmant que le chanteur était lui-même victime de chantage. 

R. Kelly ne se présentera pas à la barre des témoins, lui qui est accusé d’avoir incité des filles mineures à avoir des relations sexuelles, d’avoir produit de la pornographie juvénile et d’avoir réussi à truquer son procès en 2008. 

Le juge Harry Leinenweber a demandé directement à R. Kelly jeudi matin s’il voulait témoigner, et la vedette déchue du R&B a répondu qu’il ne le ferait pas.

Le juge a soulevé la question quelques minutes avant que les avocats de R. Kelly et de deux co-accusés ne commencent à appeler leurs premiers témoins, s’efforçant de contrer deux semaines de témoignages de la poursuite – y compris de quatre femmes qui ont accusé le chanteur d’abus sexuels.

Le co-accusé Derrel McDavid, un directeur commercial de longue date de R. Kelly, est accusé d’avoir aidé le chanteur à truquer le procès de 2008, au cours duquel R. Kelly a été acquitté. M. McDavid a dit qu’il témoignerait. Le co-accusé Milton Brown est accusé d’avoir obtenu de la pornographie juvénile. Comme R. Kelly, il a dit qu’il ne témoignerait pas.

Témoigner aurait été risqué. Parfois, R. Kelly a explosé de colère face à des questions difficiles, ce qui pourrait nuire à sa défense.

L’équipe juridique de M. McDavid a appelé le premier témoin de la défense, l’ami de M. McDavid et ancien policier Christopher G. Wilson. Il a témoigné que M. McDavid lui avait dit en 2001 qu’un agent de marchandisage de R. Kelly, Charles Freeman, tentait de faire chanter la vedette de R&B.

M. Freeman a témoigné plus tôt pour le gouvernement que R. Kelly et ses associés avaient accepté de lui payer 1 million $ US pour récupérer une vidéo mettant en vedette R. Kelly, décrivant comment on lui avait remis des sacs pleins d’argent en guise de paiement. Il a dit que l’argent était pour des services rendus, pas une offre d’extorsion. Les procureurs affirment que les paiements faisaient partie d’un complot visant à entraver le travail des enquêteurs dans le cadre du procès de R. Kelly en 2008.

En contre-interrogatoire, M. Wilson a admis qu’il n’avait pas été témoin directement de quiconque essayant d’extorquer des fonds à R. Kelly, affirmant qu’il s’appuyait sur ce que M. McDavid lui avait dit.

Une condamnation pour seulement une ou deux des accusations lors du procès de Chicago pourrait ajouter des années à une peine de 30 ans que R. Kelly s’est déjà fait imposer par un juge fédéral de New York en juin pour des condamnations pour extorsion et trafic sexuel.

Par l’intermédiaire de témoins jeudi, la défense a également cherché à soulever des doutes sur l’âge de quelques accusatrices, affirmant qu’au moins l’une d’entre elles avait peut-être 17 ans, l’âge du consentement dans l’Illinois, au moment où R. Kelly aurait eu des relations sexuelles avec elle.

Il n’y avait rien de nécessairement sinistre à propos de R. Kelly ou de ses employés échangeant des liquidités en quantité importante, a déclaré aux jurés un autre témoin de la défense, l’ancien stagiaire au studio de R. Kelly, Tom Arnold. R. Kelly utilisait rarement ses propres cartes de crédit et préférait les transactions en espèces, a ajouté M. Arnold, qui a déclaré avoir apporté une fois 125 000 $ à R. Kelly dans un sac à dos.

Le point culminant de la présentation des procureurs a été le témoignage il y a deux semaines d’une femme de 37 ans qui a utilisé le pseudonyme «Jane». Elle a affirmé que R. Kelly l’avait agressée sexuellement des centaines de fois à partir de 1998, alors qu’elle avait 14 ans et R. Kelly avait environ 30 ans.

Les plaidoiries finales devraient avoir lieu au milieu de la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.