La demande de dépouillement judiciaire du Bloc dans Hochelaga est autorisée

MONTRÉAL — Le dépouillement judiciaire demandé par le Bloc québécois dans la circonscription de Hochelaga, à Montréal, a été autorisé jeudi après-midi par la Cour supérieure, a indiqué la formation politique.

Des rencontres entre des représentants d’Élections Canada des partis politiques sont prévues vendredi afin de clarifier la suite du processus, a précisé en soirée Carolane Landry, une attachée de presse du parti.

Le Bloc québécois s’attend également à connaître vendredi le résultat de sa demande de dépouillement judiciaire dans la circonscription de Québec.

Le parti avait demandé ces deux dépouillements pour tenter de faire la lumière sur de présumées anomalies dans ces élections où les résultats avaient été très serrés, avec un peu plus de 300 voix d’écart dans chaque cas.

Dans Hochelaga, la candidate libérale Soraya Martinez Ferrada avait été élue avec 34 pour cent des voix alors que le candidat bloquiste Simon Marchand avait récolté 33,3 pour cent des votes. Seulement 328 bulletins ont fait la différence.

Dans Québec, le ministre libéral Jean-Yves Duclos a été réélu avec une courte majorité. Il a obtenu 33,3 pour cent des votes, contre 32,7 pour cent pour sa rivale bloquiste Christiane Gagnon. Il s’agit d’une différence de 325 voix.

La Presse canadienne avait révélé mardi que le parti estimait qu’il n’y avait «pas de concordance» entre le résultat final et le nombre de votes dans les boîtes dans les deux cas.

Les plus populaires