La désinformation autour de la COVID-19 inquiète François-Philippe Champagne

OTTAWA — Le Canada et les autres membres du G7 sont préoccupés par la propagation de la désinformation autour de la COVID-19, a déclaré jeudi le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne.

Le ministre a souligné la nécessité d’une réponse mondiale coordonnée fondée sur la science.

M. Champagne a tenu ces propos, jeudi, au lendemain d’une réunion par vidéoconférence des ministres des Affaires étrangères du G7. Tous ont pu parler au secrétaire d’État américain Mike Pompeo de l’engagement fortement critiqué du président Donald Trump de mettre fin aux mesures d’isolement aux États-Unis d’ici le dimanche de Pâques (12 avril) pour le bien de l’économie américaine.

Dans une entrevue à La Presse canadienne, M. Champagne a dit que lui et ses homologues ont souligné la nécessité de s’appuyer sur la science pour prendre les bonnes décisions dans la lutte contre la pandémie et dans la phase post-virale.

«Une grande partie de la discussion a porté sur la coordination de nos actions autour du coronavirus», a raconté M. Champagne. Le groupe a affirmé la nécessité de «veiller à ce que les personnes essentielles puissent traverser les frontières, d’assurer le fonctionnement des chaînes d’approvisionnement mondiales et d’établir des ponts aériens».

M. Champagne a ajouté que lui et ses collègues ministres avaient souligné l’importance d’agir en équipe et de soutenir les institutions internationales, notamment le G20, dont les dirigeants se sont réunis jeudi par conférence téléphonique.

«Ce qui m’inquiète, c’est la désinformation», a avancé M. Champagne.

«Nous devons parler d’une seule voix pour dire que nous devons nous en tenir à la science, que nous devons travailler avec les organisations multilatérales. Nous avons besoin, en tant que démocraties mondiales, en tant qu’Occident de renforcer les institutions qui incarnent l’ordre international fondé sur des règles.»

Le ministre canadien n’a pas nommé Donald Trump, mais il est resté fidèle à la ligne de politique étrangère de son gouvernement cherchant à manoeuvrer malgré les déclarations et décisions du président américain qui a fait preuve de dédain pour les organismes internationaux.

«Qu’il s’agisse de l’ONU ou de l’Organisation mondiale de la santé, nous devons être derrière eux. Le G7 a un rôle à jouer pour combattre la désinformation à un moment où nous devons informer les citoyens.»

Libre circulation

Les ministres du G7 ont aussi discuté de la nécessité d’assurer la libre circulation des fournitures médicales essentielles et de la recherche pour mettre au point un vaccin contre le virus, a relaté M. Champagne.

«Les mesures afin de nous assurer que nous travaillons ensemble pour un vaccin sont déjà en cours. S’il y a un moment dans l’histoire où nous devons coordonner, consulter et coopérer, c’est bien celui-ci», a-t-il souligné.

Dans sa conférence de presse quotidienne, le premier ministre Justin Trudeau a défendu la décision de son gouvernement d’envoyer en février 16 tonnes de matériel médical à la Chine pour l’aider à faire face à l’éclosion de la COVID-19.

M. Trudeau a lui aussi parlé à ses collègues du G20 par vidéoconférence pour discuter de la coordination future.

«Nous ne pouvons vaincre la COVID-19 que si nous agissons ensemble en tant que communauté mondiale, a déclaré M. Trudeau. Cela signifie s’assurer que l’Organisation mondiale de la santé et nos agences de santé publique disposent des ressources dont elles ont besoin. Cela signifie travailler ensemble pour mettre au point un vaccin, identifier les traitements et augmenter les tests.»

Pendant ce temps, les vols pour les Canadiens bloqués à l’étranger se poursuivront la semaine prochaine, mais M. Champagne a rappelé que cette tâche est de plus en plus ardue.

«Les pays prennent des mesures très sévères pour restreindre la circulation des personnes, pour protéger la santé et la sécurité de tous les citoyens. Donc, nous allons continuer, mais il est vrai que cela devient de plus en plus difficile.»

M. Champagne avait déjà prévenu que tous les Canadiens bloqués à l’étranger ne pourront pas revenir au pays. Affaires mondiales Canada offre une aide consulaire aux Canadiens qui restent à l’étranger.

Les plus populaires