La direction de la santé publique en Montérégie écoute l’avis des citoyens

LONGUEUIL, Qc — Dans le but de raffiner son message autour du port du masque et du couvre-visage, la direction de la santé publique (DSP) de la Montérégie se tourne vers un groupe témoin de citoyens prêts à partager leur expérience. Au cours de la semaine prochaine, une quarantaine de personnes vont prendre part à des discussions virtuelles sur le sujet. 

Tout a commencé par un appel à tous lancé sur la page Facebook de la DSP de la Montérégie, le 20 janvier dernier. «Vous avez envie de vous exprimer sur les interventions de santé publique en lien, notamment, avec la COVID-19? Nous recrutons actuellement des citoyens pour différents projets de consultation à venir», pouvait-on lire dans la publication accompagnée d’un hyperlien vers un formulaire d’inscription.

Parmi les questions posées dans ce document, on recueille certaines informations descriptives comme le nom, l’âge, les coordonnées et la langue d’expression. Puis, on demande comment on souhaite participer, soit par une entrevue téléphonique, un groupe de discussion en ligne ou un sondage.

Finalement, on suggère une liste de thèmes sur lesquels la santé publique souhaite interroger la population. On y retrouve le dépistage, les données rendues publiques sur la pandémie, la vaccination, les mesures de prévention contre la COVID-19 et de nombreux autres enjeux qui concernent la DSP comme l’environnement, les saines habitudes de vie et les autres maladies infectieuses.

Au total, ce sont 79 personnes qui ont soumis leur candidature pour participer à l’une ou l’autre des consultations qu’on entend mener en Montérégie. D’autres candidats pourraient s’ajouter puisque le formulaire demeure disponible en ligne. Du lot de répondants, une quarantaine a reçu une invitation pour une discussion de groupe sur la plateforme Zoom au cours de la semaine du 15 février. 

Dans le cas de la consultation sur le point de débuter, on souhaite «valoriser le savoir expérientiel de la population en prenant en considération sa compréhension de nos messages», a précisé la DSP de la Montérégie dans une réponse écrite à une série de questions transmise par courriel. Les autorités de santé espèrent améliorer leurs interventions à partir de cette rétroaction.

«Nous souhaitons avoir l’avis de la population sur différents volets de notre travail dans le but d’ajuster nos interventions en tenant compte de sa perception, ses besoins et son vécu», ajoute-t-on.

Et malgré les ressources limitées déjà monopolisées par les enquêtes liées aux éclosions de COVID-19, la santé publique tient assez «aux retombées» de ces consultations pour avoir mandaté trois experts sur le dossier. L’affaire a été confiée à Sarah Dutilly-Simard, une professionnelle de la DSP spécialisée dans l’engagement citoyen et les inégalités sociales de santé, ainsi qu’à Stéphanie Lanthier-Labonté, une médecin résidente en santé publique finissante de l’Université de Sherbrooke, et son superviseur Dr Mathieu Lanthier-Veilleux, aussi adjoint médical à la directrice de santé publique, Dre Julie Loslier.

Des retombées intéressantes

Cette pratique de consultations populaires est bien implantée en Montérégie. D’après les informations transmises par la direction de la santé publique, huit personnes ont notamment été interrogées plus tôt dans la pandémie au sujet de la composition des «lettres de consignes» qui étaient remises aux personnes ayant obtenu un diagnostic positif au coronavirus ainsi qu’à leurs contacts. 

Les remarques recueillies auprès du public auraient permis «modifier, alléger et simplifier» le document. Ce même groupe a permis d’identifier les consignes les moins bien comprises par la population. Des capsules vidéo ont ensuite été produites afin de faciliter la compréhension des explications pour les gens dont le niveau de lecture et plus faible.

D’autres commentaires portant sur les données publiées en ligne pour suivre l’évolution des cas dans la région ont aussi été sollicités par la DSP de la Montérégie afin d’améliorer ses bilans réguliers.

Laisser un commentaire