La Direction de santé publique enquête sur quatre cas de légionellose à Montréal

MONTRÉAL — Les autorités de santé publique de la métropole enquêtent sur quatre cas de légionellose qui ont été rapportés dans l’arrondissement d’Anjou, au sud de l’autoroute métropolitaine.

D’entrée de jeu, la Direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal souligne qu’il n’y a pas lieu d’instaurer un branle-bas de combat et qu’il n’y a pas d’éclosion confirmée de la maladie, ni de hausse de cas de légionellose à Montréal.

Dans un communiqué, elle précise qu’elle enquête sur tous les cas de légionellose qui lui sont déclarés et, dans ce cas-ci, précise que l’on cherche à déterminer si les quatre personnes atteintes auraient contracté la maladie d’une même source environnementale. La DRSP procède ainsi à la vérification des tours de refroidissement situées dans un rayon de trois kilomètres des cas déclarés, avec la collaboration de la Régie du bâtiment.

S’il devait y avoir un lien entre les cas, la tâche consisterait ensuite à identifier et enrayer la source de l’exposition.

Depuis 2014, un règlement oblige les propriétaires de tours de refroidissement à procéder à leur entretien et à surveiller la présence de la bactérie.

Chaque année, une quarantaine de personnes contractent la maladie sur l’île de Montréal.

La légionellose est une maladie infectieuse, mais non contagieuse et peu fréquente au Québec; le risque de la contracter demeure très faible pour les personnes en bonne santé.

Elle est causée par l’inhalation de fines gouttelettes d’eau contaminée par de grandes quantités de la bactérie Legionella mises en suspension dans l’air par des tours de refroidissement à l’eau, des systèmes de distribution d’eau chaude, des spas, etc.

Elle se manifeste par une infection des poumons qui se traite par des antibiotiques.

En général, la légionellose ne présente pas de danger pour la population en bonne santé, mais les personnes âgées de 50 ans et plus, les hommes, les personnes qui ont des maladies chroniques ou un système immunitaire faible, les fumeurs et les personnes qui consomment beaucoup d’alcool sont plus à risque.

Les symptômes les plus fréquents sont de la fièvre, des frissons, de la toux et des difficultés respiratoires. D’autres symptômes peuvent aussi accompagner la légionellose tels que des maux de tête, des douleurs musculaires et des troubles digestifs dont une perte d’appétit, des nausées, des vomissements ou de la diarrhée.