La docteure Tam met en garde contre une troisième vague causée par les variants

OTTAWA — Les grands responsables fédéraux de la santé publique préviennent que si les infections à la COVID-19 semblent suivre une tendance à la baisse, des variants inquiétants représentent toujours une menace croissante pour la mitigation de la pandémie au Canada.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam, a déclaré vendredi que la vaccination massive jouera certes un rôle clé dans la lutte contre la propagation de la COVID-19. Mais elle rappelle aussi qu’il ne s’agit là que d’un outil de mitigation, car les données de modélisation dans les zones chaudes du pays pointent vers une troisième vague probable.

La docteure Tam a souligné qu’au moins trois provinces observaient des preuves de transmission communautaire des nouveaux variants, plus contagieux. On signale actuellement dans huit provinces plus de 429 cas du variant identifié pour la première fois au Royaume-Uni et 28 cas de celui identifié pour la première fois en Afrique du Sud, a déclaré Mme Tam. Le variant trouvé pour la première fois au Brésil n’a été signalé qu’une seule fois jusqu’ici au Canada.

Selon les données fédérales, il y avait jeudi 817 163 cas de COVID-19 au Canada, dont 37 747 considérés comme des cas actifs.

«Nous avons fait de grands progrès et parcouru maintenant près des deux tiers du chemin sur cette courbe», a déclaré la docteure Tam, en rappelant que la vigilance était toujours de mise. 

«Regardez les pays européens: ils nous fournissent un indice sur ce qui peut arriver lorsque des variants circulent et si nous baissons la garde. Cette accélération massive vers une ‘troisième résurgence’, si vous voulez (…) arrivera très vite.»

Laisser un commentaire