La Dre Tam demande que les retrictions ne soient pas levées trop vite

L’administrative en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a mis samedi les provinces en garde contre la tentation d’assouplir les strictes mesures contre la COVID-19.

Selon la Dre Tam, il est encore trop tôt de lever les mesures de confinement malgré la baisse quotidienne des nouveaux cas. Les provinces ne peuvent pas assouplir leurs règles si elles espèrent maîtriser la pandémie.

«Il est essentiel de maintenir des mesures strictes pour soutenir cette tendance à la baisse de façon durable, a-t-elle déclaré par communiqué, samedi. Comme le nombre de cas quotidiens est toujours élevé, ainsi que les taux d’infection dans tous les groupes d’âge, il existe encore un risque que les tendances s’inversent rapidement et certaines régions du pays observent une activité accrue.»

L’arrivée au pays de variants du coronavirus démontre qu’il est encore trop tôt pour que les provinces abandonnent leurs gardes, a-t-elle souligné.

Le variant détecté une première fois au Royaume-Uni pourrait avoir été celui ayant causé une éclosion mortelle dans un établissement de soins de longue durée dans le sud de l’Ontario. Il est plus contagieux que les autres variants et commence à se propager dans tout le pays.

La Dre Tam a aussi rappelé qu’il y avait encore des éclosions qui naissaient dans plusieurs endroits au pays, notamment dans des communautés autochtones et des régions éloignées du pays.

Si le premier ministre du Québec François Legault a dit samedi souhaiter «pouvoir redonner un peu d’oxygène [aux] commerçants», si la situation le lui permettait, son homologue albertain Jason Kenney avait annoncé la veille son intention de lever certaines restrictions pour les écoles, les restaurants, les bars et les centres d’entraînement physique de sa province, étant donné la baisse du nombre des hospitalisations.

Laisser un commentaire