La famille de Candida Macarine demande une nouvelle enquête du coroner

MONTRÉAL — La famille d’une femme de 86 ans retrouvée morte sur le plancher d’une salle d’urgence de l’ouest de l’île de Montréal l’an dernier demande une nouvelle enquête sur les circonstances de son décès à la suite de la publication d’un rapport du coroner.

Emmanuel Macarine et sa sœur Gilda ont déclaré mardi lors d’une conférence de presse qu’une nouvelle enquête du bureau du coroner était nécessaire, car le rapport publié le mois dernier soulevait des questions sans réponse et omettait des preuves cruciales.

Ils croient également que la discrimination raciale et la négligence pourraient avoir joué un rôle dans la mort de Candida Macarine, qui était d’origine philippine.

La famille affirme que des notes manuscrites de médecins de l’Hôpital général du Lakeshore à Pointe-Claire indiquent que Candida Macarine ne parlait ni anglais ni français, mais en fait, elle parlait anglais, mais n’avait pas ses appareils auditifs.

«Cela soulève la question de savoir comment (ils ont) communiqué avec elle pendant son séjour de cinq heures à l’hôpital et comment ils l’ont traitée, a déclaré Emmanuel Macarine. Pourquoi la décrire ainsi? Parce qu’elle vous parle comme une Philippine. Cela soulève davantage de questions sur la discrimination raciale dans les urgences hospitalières.»

Les dossiers médicaux montrent également que Candida Macarine était censée subir des contrôles toutes les 15 minutes, mais environ 30 minutes se sont écoulées avant que le personnel de l’hôpital ne la retrouve morte sur le plancher en février 2021.

«Le dossier que nous avons obtenu du bureau du coroner nous porte à croire qu’elle est restée longtemps sans contrôle et sans surveillance, même après être tombée au sol», a déclaré Emmanuel Macarine.

Il se demande pourquoi sa mère n’a pas été transférée aux soins intensifs après qu’un test sanguin a montré un risque élevé d’arrêt cardiaque.

«La coroner n’a rien dit sur les résultats des analyses des gaz du sang qui ont été rendus disponibles à 22h46 et qui ont montré un niveau d’acidité extrêmement élevé dans son sang. Elle n’a également rien dit sur le fait que notre mère était sous surveillance cardiaque», a-t-il déclaré.

Dans son rapport du 14 septembre, la coroner Amélie Lavigne a conclu que Candida Macarine était décédée de causes naturelles et n’a trouvé aucune preuve de négligence de la part du personnel hospitalier.

Le rapport indique également que Candida Macarine a été maintenue en isolement préventif à cause de la COVID-19, loin du poste d’infirmières en dépit de la gravité de son état et d’un test négatif pour le virus au début de son admission.

«La coroner ne dit rien sur l’absence manifeste de personnel soignant pendant les 30 dernières minutes de la vie de notre mère. Où étaient-ils?», demande Emmanuel Macarine.

Jake Lamotta-Granato, porte-parole du bureau du coroner, a déclaré que le coroner en chef analyserait rigoureusement toute demande de la famille dès que possible.

Cette dépêche a été produite avec l’aide financière des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.