La FDA approuve le vaccin de Johnson & Johnson contre la COVID-19

Les États-Unis ont maintenant un troisième vaccin pour prévenir la COVID-19.

La Food and Drug Administration (FDA) a autorisé samedi le vaccin de Johnson & Johnson qui fonctionne avec une seule dose au lieu de deux.

Les experts de la santé attendaient avec impatience une telle option pour accélérer la vaccination.

Le virus a déjà tué plus de 510 000 personnes aux États-Unis et mute de manière de plus en plus inquiétante.

La FDA a déclaré que le vaccin de J&J offre une protection solide contre ce qui compte le plus: les maladies graves, les hospitalisations et la mort.

Une dose protégerait à 85% contre la forme de COVID-19 la plus grave, selon une étude massive qui s’est déroulée sur trois continents.

Cette protection est restée forte même dans des pays comme l’Afrique du Sud, où les variants les plus préoccupants se répandent.

«Ce sont vraiment de bonnes nouvelles», a déclaré samedi le Dr Francis Collins, directeur des National Institutes of Health, à l’Associated Press. «La chose la plus importante que nous puissions faire en ce moment est d’obtenir autant d’injections dans le plus de bras que possible.»

J&J fournit initialement quelques millions de doses et les expéditions vers les États pourraient commencer dès lundi. D’ici la fin du mois de mars, J&J a annoncé qu’il prévoyait de livrer 20 millions de doses aux États-Unis et 100 millions d’ici l’été.

J&J sollicite également une autorisation pour l’utilisation d’urgence de son vaccin ailleurs dans le monde et auprès de l’Organisation mondiale de la santé. L’entreprise vise à produire environ 1 milliard de doses dans le monde d’ici la fin de l’année. Jeudi, la nation insulaire de Bahreïn est devenue la première à autoriser son utilisation.

«C’est une nouvelle excitante pour tous les Américains et une évolution encourageante dans nos efforts pour mettre fin à la crise», a déclaré le président Joe Biden dans un communiqué. «Mais je veux être clair: ce combat est loin d’être terminé», a-t-il ajouté, encourageant les gens à s’en tenir aux masques et aux autres mesures de santé publique.

Dimanche, un comité consultatif américain se réunira pour recommander comment prioriser l’utilisation du vaccin à dose unique. Et un grand défi est ce que le public veut savoir: quel type de vaccin est le meilleur?

«Dans cet environnement, tout ce que vous pouvez obtenir – prenez-le», a déclaré le Dr Arnold Monto de l’Université du Michigan, qui a présidé le groupe consultatif de la FDA qui a déclaré à l’unanimité vendredi que les avantages du vaccin dépassent ses risques.

Les données sont mitigées sur l’efficacité des différents vaccins utilisés dans le monde, ce qui a conduit certains pays à signaler des personnes refusant un type de vaccin, préférant en attendre un autre.

Aux États-Unis, les injections à deux doses de Pfizer et Moderna étaient protectrices à 95% contre les symptômes de la COVID-19. L’efficacité d’une dose de J & J de 85% contre la COVID-19 sévère a chuté à 66% lorsque des cas modérés ont été enregistrés. Mais on ne peut pas réellement faire de comparaison en raison des différences dans le moment et l’endroit où chaque entreprise a mené ses études. Qui plus est, les recherches de Pfizer et Moderna se sont terminées avant que les variants ne commencent à se répandre.

Le Dr Francis Collins a déclaré que les preuves ne montrent aucune raison de favoriser un vaccin par rapport à un autre.

«Ce qui m’intéresse le plus, je pense, est-ce que cela va m’empêcher de tomber vraiment malade?» a indiqué le Dr Collins. «Est-ce que cela m’empêchera de mourir de cette terrible maladie? La bonne nouvelle est que oui.»

En outre, J&J teste deux doses de son vaccin dans une vaste étude distincte. Le Dr Collins a déclaré que si une deuxième dose était finalement jugée bénéfique, les personnes qui en avaient eu une plus tôt se verraient offrir une autre.

La FDA a averti qu’il était trop tôt pour dire si une personne qui contracte une infection légère ou asymptomatique malgré la vaccination pourrait toujours propager le virus.

Il y a des avantages évidents d’injecter une seule dose. Les responsables locaux de la santé cherchent à utiliser l’option de J&J dans les cliniques de vaccination mobiles, les refuges pour sans-abri, même avec les marins qui passent des mois sur des bateaux de pêche ou encore dans les communautés où il est difficile d’être sûr que quelqu’un reviendra dans trois à quatre semaines pour une deuxième vaccination.

Le vaccin J&J est également plus facile à manipuler, il peut rester trois mois dans un réfrigérateur contrairement aux options de Pfizer et Moderna, qui doivent être congelées.

La FDA a déclaré que les études n’ont détecté aucun effet secondaire grave. Comme les autres vaccins contre la COVID-19, les principaux effets secondaires du vaccin J&J sont la douleur au site d’injection et la fièvre, la fatigue et les maux de tête pseudogrippaux.

Une fiche d’information de la FDA pour les vaccinés indique qu’il existe «une faible chance» que les gens éprouvent une réaction allergique grave au vaccin, un risque rare observé avec les vaccins Pfizer et Moderna. De telles réactions sont traitables et les receveurs du vaccin sont censés être brièvement surveillés après l’injection.

Le vaccin a été autorisé pour une utilisation d’urgence chez les adultes de 18 ans et plus pour le moment. Mais comme d’autres fabricants, J&J est sur le point d’étudier son fonctionnement chez les adolescents avant de passer aux enfants plus jeunes plus tard dans l’année, et prévoit également une étude chez les femmes enceintes.

Tous les vaccins contre la COVID-19 entraînent le corps à reconnaître le nouveau coronavirus, généralement en repérant la protéine nommée spike qui le recouvre. Mais ils sont fabriqués de manières très différentes.

J & J’s utilise un virus du rhume comme un cheval de Troie pour transporter le gène de pointe dans le corps, où les cellules font des copies inoffensives de la protéine pour stimuler le système immunitaire au cas où le vrai virus surviendrait. C’est la même technologie que la société a utilisée pour fabriquer un vaccin contre le virus Ebola, et c’est une technique similaire aux vaccins contre la COVID-19 fabriqués par AstraZeneca et CanSino Biologics en Chine.

Les vaccins Pfizer et Moderna sont fabriqués avec une technologie différente, ils utilisent un morceau de code génétique appelé ARN messager qui incite les cellules à produire ces copies de la protéine spike inoffensives.

Le vaccin AstraZeneca, déjà utilisé en Grande-Bretagne et approuvé au Canada, termine une vaste étude américaine nécessaire à l’autorisation de la FDA. Également en cours d’élaboration, Novavax utilise une technologie encore différente et les résultats préliminaires d’une étude britannique suggèrent une forte protection.

Par The Associated Press

Laisser un commentaire