La femme crie de Saskatoon apparaissant dans une vidéo troublante a été identifiée

SASKATOON — L’avocat d’une femme aperçue dans une vidéo montrant un agent de sécurité s’agenouillant sur elle alors qu’il tente de la menotter dans un stationnement à Saskatoon a affirmé que la jeune mère était trop traumatisée pour parler publiquement de ce qui s’est passé.

Annette Custer devait prendre la parole mardi lors d’une conférence de presse organisée par la Fédération des nations autochtones souveraines, mais a décidé de ne pas le faire.

Elle s’est plutôt assise à côté de l’avocat Michael Seed tandis qu’il expliquait que Mme Custer est la femme qui apparaît dans une vidéo de neuf minutes publiée sur les réseaux sociaux la semaine dernière. Elle est de la nation crie Peter Ballantyne et elle vit actuellement à Saskatoon.

La vidéo montre un homme, qui s’identifie comme un agent de sécurité, s’agenouillant sur une femme alors qu’il tente de la menotter dans le stationnement d’un magasin FreshCo de la ville.

La police a déclaré avoir reçu un appel au sujet d’un vol dans le magasin et des policiers sont arrivés pour trouver Mme Custer, âgée de 30 ans, qui était détenue par un agent de prévention des pertes. Elle a refusé des soins, a indiqué la police, et le gardien de sécurité avait des blessures mineures.

Mme Custer a été accusée de vol de moins de 5000 $ et voie de fait.

Me Seed a appelé la police à porter des accusations criminelles contre l’agent de sécurité.

«Nous ne traiterons tout simplement pas l’épidémie de violence et le traitement inhumain subis par les peuples autochtones dans ce pays, dans cette province, dans cette ville, tant que nous ne rendrons pas les gens responsables», a-t-il déclaré.

La police n’a pas dit si l’agent de sécurité faisait face à des accusations.

«Pour le moment, il n’y a pas d’autre mise à jour au-delà de ce qui a été initialement fourni à la suite de l’événement», a déclaré Joshua Grella, coordonnateur du service de police de Saskatoon, dans un courriel.

«Je peux ajouter que cela reste une enquête active et que si nous devons demander l’avis de la Couronne, nous le ferons.»

Me Seed a exhorté les gens à regarder la vidéo afin qu’ils puissent comprendre à quel point c’était traumatisant pour Mme Custer alors qu’elle était allongée sur le trottoir sous le poids de l’homme et incapable de parler.

«Il met tout le poids de son corps sur elle pendant que des observateurs le supplient de la laisser partir», a décrit l’avocat.

«Elle a visiblement peur. Elle est en train d’hyperventiler et a encore du mal à bouger.»

___

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses de Facebook et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire