La fermeture de la canalisation 5 serait un «dangereux précédent»

WASHINGTON — La fermeture de la «canalisation 5» créerait un «dangereux précédent» qui mettrait à jamais en péril les projets d’infrastructure transfrontaliers entre le Canada et les États-Unis, a déclaré la ministre de l’Énergie de l’Alberta.

Sonya Savage s’est jointe à ses homologues de la Saskatchewan et de l’Ontario pour prévenir mardi un comité de la Chambre des communes des effets d’entraînement qui pourraient résulter de la fermeture du pipeline transfrontalier.

«Ce qui est peut-être le plus préoccupant pour l’Alberta, comme cela devrait l’être pour tout le monde ici, c’est le dangereux précédent qu’un arrêt d’un pipeline en exploitation sécuritaire aurait et poserait pour les futurs projets d’infrastructure», a déclaré Mme Savage.

«Nous sommes de bons voisins et de solides partenaires commerciaux. Notre secteur énergétique intégré et nos relations commerciales essentielles sont de grande importance pour les emplois et les économies des deux côtés de la frontière, et toute action visant à fermer la canalisation 5 menacerait cette relation.»

La canalisation 5, qui passe par le Michigan de la ville de Superior au Wisconsin à Sarnia, en Ontario, traverse les Grands Lacs sous le détroit de Mackinac, qui relie le lac Michigan au lac Huron.

Depuis des semaines, des experts disent au comité que le pipeline est une source d’énergie vitale non seulement pour l’Ontario et le Québec, mais également pour une multitude d’États du nord des États-Unis, y compris le Michigan lui-même, l’Ohio et la Pennsylvanie.

Enbridge veut construire un tunnel sous le détroit pour abriter une version améliorée du double pipeline — un projet que le Michigan a déjà approuvé — mais a besoin que la canalisation existante continue de fonctionner entre-temps.

La gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, a révoqué la servitude de 1953 qui permettait au pipeline de fonctionner depuis plus de 65 ans, accusant Enbridge d’avoir violé les termes de l’accord. Elle veut que la canalisation soit fermée à la mi-mai.

Enbridge conteste cette décision devant les tribunaux du Michigan — et Mme Savage, la ministre de l’Énergie de la Saskatchewan, Bronwyn Eyre, et le ministre associé de l’Énergie de l’Ontario, Bill Walker, veulent qu’Ottawa intervienne dans ce combat.

«Cela pourrait inclure le dépôt d’un mémoire d’amicus curiae devant le tribunal exprimant le soutien du gouvernement pour maintenir le pipeline en service», a déclaré M. Walker au comité.

Un haut responsable du gouvernement fédéral, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat afin de discuter de questions internes, a déclaré que le dépôt d’un tel mémoire était actuellement en discussion, mais qu’une décision définitive n’avait pas été prise.

Des témoins ont également exhorté le gouvernement fédéral à exercer ses droits en vertu de l’Accord de 1977 sur les pipelines de transport, un traité entre le Canada et les États-Unis qui prévoit un flux d’énergie ininterrompu entre les deux pays.

Laisser un commentaire