La FMSQ part à la rencontre des proches aidants

MONTRÉAL — La Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FFMSQ) organisera au cours des prochains mois une série de rencontres afin de mieux comprendre les besoins des proches aidants de la province et comment elle peut y répondre.

Ces rencontres pourraient aussi permettre d’identifier des initiatives locales qui auraient avantage à être connues à l’échelle de la province.

Créé en collaboration avec Mangrove, une entreprise d’économie sociale qui soutient le développement de communautés en région, le projet prendra la forme d’ateliers centrés sur les besoins des proches aidants, a-t-on expliqué par voie de communiqué.

Les proches aidants, leurs aidés, les intervenants du réseau et les organismes de proches aidants «pourront profiter d’un espace ouvert et collaboratif pour contribuer positivement aux réflexions qui forgeront le réseau innovant de demain», ajoute-t-on.

«Ce qu’on veut, c’est vraiment apprendre et innover, si possible, en se rapprochant du terrain, en comprenant les besoins des proches aidants, puis en comprenant les besoins des organismes de proches aidants et des différents acteurs de la santé, parce qu’on sait que les proches aidants sont incontournables dans le réseau (de la santé)», a expliqué le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, le docteur Vincent Oliva.

Le but de cette tournée, ajoute-t-il, est de mettre «un peu d’huile dans l’engrenage», et non pas d’arriver avec des idées qui ne correspondent pas nécessairement aux besoins de gens sur le terrain.

«Le but (…), ce n’est pas de dire voici ce qu’on veut accomplir, a dit le docteur Oliva. C’est vraiment de tenter d’apprendre et de nous aider après ça à décanter tout ça, puis à se demander s’il y a des directions dans lesquelles on peut se relancer, en sachant que les proches aidants sont indispensables dans notre réseau.»

Une première rencontre aura lieu le 8 juin dans la région de la Mauricie, puis une autre suivra la semaine suivante, le 14 juin, au Saguenay. Deux autres rencontres seront organisées cet automne dans le Bas-Saint-Laurent et en Montérégie.

Aide pour alimenter

Le docteur Oliva cite en exemple la mère d’une fillette qu’il a rencontrée dans un hôpital de la Rive-Sud de Montréal et qui lui a confié être un peu «perdue» quand vient le temps d’alimenter son enfant.

On pourrait donc envisager de publier des documents, d’organiser des webinaires ou de diffuser des capsules vidéo qui répondraient aux besoins des proches aidants.

«Comme médecin spécialiste, nous sommes bien placés pour donner ce genre de formation là, a dit le docteur Oliva. Les patients ou les proches aidants peuvent nous dire, « nous, c’est cet aspect-là qui nous aiderait » (et) à la Fédération des médecins spécialistes, on est dans une position privilégiée pour comprendre ces réalités-là.»

Les formations pourraient aussi avoir comme objectif de sensibiliser les médecins spécialistes à l’importance des proches aidants et à leur donner des pistes sur comment ils peuvent mieux les aider à faire leur travail.

On calcule qu’en 2018, tout près de 1,5 million de personnes au Québec apportaient de l’aide ou du soutien à une personne proche ayant des besoins liés à la santé ou au vieillissement.

Il s’agit d’un phénomène qui risque de prendre de l’ampleur, croit le docteur Oliva, surtout maintenant que la pandémie de COVID-19 a exposé au grand jour les capacités limitées d’hospitalisation dont dispose le Québec. Un nombre de plus en plus élevé de patients pourraient devoir être «hospitalisés à la maison», et donc confiés aux bons soins d’un proche.

«Le réseau de la santé a ses limites, a souligné le docteur Oliva. On sait que dans le contexte d’une hospitalisation à domicile, les proches aidants sont extrêmement précieux, donc pour nous, c’est vraiment important de savoir comment on peut les aider.»

À l’occasion de son dixième anniversaire, la FFMSQ lance donc un appel à de nouveaux types de projets visant à soutenir deux clientèles spécifiques: les jeunes proches aidants âgés de 14 à 24 ans et les proches aidants vulnérables à des problèmes de santé mentale.

Les projets doivent être soumis par des organismes de bienfaisance enregistrés et être réalisés sur une période maximale de 12 mois. Les organismes intéressés ont jusqu’au 30 août 2022 pour soumettre leur projet sur le site de la Fondation de la FMSQ.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.