La fusée lunaire de la NASA est de retour sur la plateforme en vue d’un lancement

CAPE CANAVERAL, Fla. — La fusée lunaire de la NASA est de retour sur la plateforme pour une autre tentative de lancement, après de nouvelles réparations.

La fusée de 98 mètres a quitté son hangar au milieu de la nuit et a conclu son déplacement de 6,4 kilomètres peu après le lever du soleil vendredi.

La NASA mise sur un lancement le 14 novembre pour tenter d’envoyer une capsule sans équipage autour de la lune et de retour dans un test en vol avant que les astronautes ne montent à bord dans quelques années.

Les prévisionnistes gardent les yeux sur les conditions météorologiques tropicales qui pourraient interférer avec l’objectif de lancement.

Il s’agit de la plus importante démarche de la NASA à ce jour pour ramener les astronautes sur la lune d’ici 2025. L’agence spatiale approche du 50e anniversaire de son dernier alunissage humain : Apollo 17 en décembre 1972.

Bien que plus courte, cette première version de la fusée est encore plus puissante que la Saturn V qui a envoyé les astronautes d’Apollo sur la Lune.

Des fuites de carburant ont maintenu la fusée au sol depuis août. Puis l’ouragan Ian a forcé le retour de la fusée au hangar du Kennedy Space Center à la fin du mois de septembre. La NASA a utilisé le temps pour effectuer des réparations et remplacer les batteries critiques.

La NASA ne sait toujours pas pourquoi l’hydrogène continue de fuir chaque fois que la fusée est alimentée, mais les ingénieurs sont convaincus qu’ils peuvent gérer toute fuite future, a déclaré Cliff Lanham, un cadre supérieur.

Le décollage aurait lieu aux petites heures pour les trois prochaines opportunités de lancement. Bien que la NASA préfère un lancement de jour pour les vols d’essai afin de capturer autant d’images que possible, il ne s’agit pas d’une exigence. Les radars et les caméras infrarouges devraient fournir une large couverture, a déclaré Jim Free, administrateur associé de la NASA.

La mission de 4,1 milliards $ US durera près d’un mois, culminant avec un éclaboussement dans le Pacifique. Des mannequins sont à bord pour mesurer le rayonnement et les vibrations.

___

Le département de la santé et des sciences de l’Associated Press reçoit le soutien du département d’éducation scientifique de l’Institut médical Howard Hughes. L’AP est seul responsable de tout le contenu.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.