La gouverneure générale devra s’expliquer sur des dépenses, dit Rodriguez

OTTAWA — Le ministre du Patrimoine, Pablo Rodriguez, estime que la gouverneure générale, Mary Simon, devra s’expliquer sur une facture salée de près de 100 000 $ en services de traiteur encourue à bord d’un avion qui la transportait dans le cadre d’un séjour effectué à Dubaï.

«Elle va devoir répondre aux questions», a dit mercredi M. Rodriguez avant de se rendre à une réunion du caucus libéral.

C’est aussi l’avis du Bloc québécois, qui entend demander que Mme Simon témoigne en comité parlementaire pour fournir des explications.

Les dépenses atteignant 93 117, 89 $ figurent dans un document déposé au Parlement en réponse à la question au feuilleton d’un député conservateur.

On y peut lire dans que ces services de traiteur ont été offerts à bord de l’appareil Airbus CC-150 Polaris assurant le transport de Mme Simon et son équipe entre les 16 et 24 mars.

«Le coût de la nourriture comprend également le coût des boissons non alcoolisées et des frais connexes, est-il précisé en note de bas de page. Les frais connexes comprennent les biens et services supplémentaires, tels que la gestion et la livraison des repas, l’entreposage, les articles jetables, les frais d’aéroport, les frais d’administration, les frais liés à la sécurité et les taxes locales.»

Ces dépenses ont été engendrées alors que la gouverneure générale se rendait aux Émirats arabes unis pour l’exposition universelle qui a eu lieu à Dubaï, tel que d’abord rapporté par le quotidien The National Post.

Questionné par les journalistes à savoir s’il trouvait personnellement ces dépenses «raisonnables», M. Rodriguez a évité de répondre en mentionnant qu’il lui manquait des détails.

«Je ne sais pas c’est quoi le contexte, c’est combien de monde ou quoi que ce soit. Il faut qu’elle réponde, c’est sûr», a-t-il soutenu.

Selon le document parlementaire préparé par le ministère de la Défense nationale,16 passagers accompagnaient la gouverneure générale. Cela exclut tout membre des services de sécurité ou des Forces armées canadiennes.

La nouvelle de ces coûts faramineux a fait bondir conservateurs et bloquistes. Le député de l’opposition officielle Pierre Paul-Hus y voit là une démonstration que le gouvernement de Justin Trudeau «ne se soucie pas de dépenser l’argent des contribuables canadiens de façon respectueuse».

«Pendant qu’ils luttent pour mettre de la nourriture sur la table, les Canadiens seront très déçus d’apprendre qu’il y a des gens dans notre gouvernement qui se promènent en avion et mangent en faisant la vie de »jet set »», a-t-il affirmé dans une déclaration écrite transmise par courriel.

Comparution souhaitée

Le leader parlementaire bloquiste, Alain Therrien, a indiqué que ses collègues et lui étaient «vraiment stupéfaits» et «scandalisés».

«De l’argent des contribuables si précieux a été dépensé de façon désinvolte par cette gouverneure générale qui a, je dirais, développé rapidement des réflexes de dépenser l’argent des autres», a-t-il lancé avant de se rendre à la période des questions.

Il a fait savoir que le Bloc québécois entend présenter une motion, jeudi durant une réunion du comité des comptes publics, pour que Mme Simon soit convoquée afin de répondre aux questions des élus «le plus rapidement possible». 

De son côté, le Bureau du secrétaire du gouverneur général (BSGG) a répondu par courriel à La Presse Canadienne que les dépenses en question ne relevaient pas d’une décision de Mme Simon.

«Les Forces armées canadiennes sont responsables du transport lors de ces visites et, par conséquent, sont responsables de toutes les décisions relatives au service de traiteurs sur ces vols», a-t-on écrit.

Le BSGG a ajouté que «la gouverneure générale partage l’inquiétude du public à l’égard des dépenses et attend des éclaircissements de la part des ministères responsables». Ces derniers seraient les ministères de la Défense nationale et des Affaires étrangères.

Malgré ces affirmations avancées par l’équipe de la gouverneure générale, M. Therrien maintient que Mme Simon doit venir s’expliquer aux parlementaires en comité.

«Si c’est la Défense nationale qui a allègrement financé ça, à ce moment-là on ira dans un deuxième temps ailleurs, mais c’est elle qui a dépensé et qui a la responsabilité de venir nous dire (…) pourquoi elle a fait ça», croit-il.

Le leader parlementaire n’a pas manqué de rappeler que le Bloc québécois souhaite l’abolition de la fonction de gouverneure générale puisque ce rôle «ne sert à rien».

Le ministère de la Défense nationale n’avait pas répondu à une demande de commentaire de La Presse Canadienne au moment de publier.

Par le passé, les dépenses associées à la fonction de représentante de la Reine au Canada ont fait la manchette à maintes occasions, comme dans le cas des réclamations post-retraite de l’ex-gouverneure générale Adrienne Clarkson.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.