La GRC a arrêté 21 personnes dans le conflit sur la pêche en Nouvelle-Écosse

La GRC en Nouvelle-Écosse a confirmé vendredi qu’elle avait arrêté 21 personnes tandis qu’elle poursuit son enquête sur une violente confrontation sur le terrain d’un vivier à homard dans le conflit entre pêcheurs autochtones et non autochtones dans le secteur.

Dans la nuit du 13 octobre, environ 200 pêcheurs, pour la plupart non autochtones, et leurs sympathisants ont convergé vers l’installation de Pubnico-Ouest qui stockait du homard capturé par les membres de la première nation Sipekne’katik en dehors de la saison de pêche réglementée par le gouvernement fédéral.

Des photos publiées sur les réseaux sociaux montraient du homard éparpillé dans l’établissement, et la GRC a déclaré qu’on lui avait dit que le groupe avait empêché les employés de quitter le bâtiment, et qu’il y avait eu des dommages aux installations.

Le chef de la première nation Sipekne’katik soutient que son peuple a le droit de pêcher où et quand il veut, en vertu de la Constitution et d’un arrêt de la Cour suprême du Canada de 1999 qui aurait confirmé leur droit à une pêche de subsistance convenable.

Cependant, une deuxième décision du tribunal a déclaré que la pêche était soumise à une réglementation fédérale pour assurer la conservation de la ressource.

La GRC a publié vendredi une brève déclaration et des photos et a demandé au public d’aider les enquêteurs à identifier les suspects qui se livraient à des activités criminelles.

Laisser un commentaire