La GRC avertit les randonneurs de bien se préparer avant leur périple

FREDERICTON — Une récente opération de recherche et de sauvetage de deux randonneurs blessés dans une région éloignée du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, souligne la nécessité pour le public d’être plus conscient des dangers liés à l’exploration de la nature, selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Les randonneurs doivent se préparer correctement avant de partir, en particulier dans les régions éloignées, selon la police.

Le sauvetage du 21 mai a commencé après que la police a reçu des informations faisant état de randonneurs blessés sur le sentier Pollet’s Cove près de Pleasant Bay, en Nouvelle-Écosse. Trois équipes de recherche et de sauvetage, des agents de la GRC, des ambulanciers et d’autres premiers répondants, ainsi qu’un hélicoptère appartenant au Centre conjoint de coordination de sauvetage à Halifax ont participé aux recherches.

Bien que le sauvetage ait été un succès, la GRC conseille au public de prévoir ses sorties, en particulier dans des zones où il n’y a peut-être pas de service cellulaire. La police soutient que dans les secteurs du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, les randonneurs devraient être équipés d’un téléphone satellite.

Dans un communiqué publié après le sauvetage, la GRC a déclaré que le public devrait dresser une liste des articles nécessaires pour une randonnée. Les gens doivent également planifier leurs itinéraires et dire aux autres où ils vont et quand ils pensent être de retour.

Un agent de sécurité des visiteurs à Parcs Canada, Sébastien Marcoux, estime que le partage des plans de l’expédition avec d’autres pourrait être le conseil le plus important.

«Cela devrait inclure où vous allez et comment vous vous y rendez, ainsi que toute information importante qui pourrait aider les chercheurs, a expliqué M. Marcoux lors d’une récente entrevue. Dites aux gens quand vous vous attendez à être revenu et ce qu’ils doivent faire s’ils n’ont pas de vos nouvelles.»

Il est imprudent, a-t-il ajouté, de quitter la ville et de s’attendre à ce que le service de téléphonie mobile soit disponible.

«Sur le site web de Parcs Canada et au début des sentiers, nous rappellerons aux gens que la communication peut être fragmentaire ou inexistante sur votre téléphone portable (…), et que vous devriez avoir un téléphone satellite au cas où», a-t-il indiqué. 

M. Marcoux a fait savoir que Parcs Canada a installé des téléphones satellites à certains endroits du pays, comme North Mountain sur la piste Cabot en Nouvelle-Écosse et le long de la route 93 dans le parc national de Kootenay en Colombie-Britannique.

L’agent de sécurité souligne que même si le site web AdventureSmart.ca et les responsables des parcs peuvent offrir de bons conseils, chacun est responsable de sa propre sécurité. Le site web met l’accent sur trois bases d’une expédition en toute sécurité, c’est-à-dire la planification de l’activité, l’entraînement et amener les essentiels. 

M. Marcoux a mentionné que tout le monde est encouragé à prendre quelque chose avec lequel faire un abri, même si l’on ne prévoit marcher que quelques heures. Les gens devraient également s’assurer d’avoir de la nourriture et de l’eau, des couches de vêtement supplémentaires en fonction de l’environnement et un appareil de communication. Il recommande également un sifflet, une lampe de poche ou un miroir, une boussole ainsi qu’une carte géographique.

Selon M. Marcoux, les gens sont responsables d’évaluer la sécurité de leur randonnée à partir de leur expérience passée, de leur niveau de forme physique, comment ils se sentent ce jour-là et l’équipement qu’ils ont avec eux. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.