La gymnaste Rosie MacLennan portera le drapeau du Canada aux Jeux de Rio

OTTAWA – La gymnaste spécialisée en trampoline et unique médaillée d’or canadienne à Londres, Rosie MacLennan, portera l’unifolié à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Rio.

L’athlète de 27 ans de King City, en Ontario, avait remporté l’or en trampoline individuel aux Jeux de Londres en 2012.

«Être la porte-drapeau est un honneur incroyable qui va au-delà de mes rêves les plus fous», a confié la gymnaste lors de l’annonce officielle, sur la colline du Parlement, jeudi.

«Je prends cette occasion à coeur et j’espère vous rendre tous fiers», a-t-elle signalé.

À ses côtés, le premier ministre Justin Trudeau s’est rappelé qu’il avait lui-même, quand il était enfant, rêvé de porter les couleurs du Canada, mais il a ajouté à la blague que ses espoirs avaient été brisés quand il avait appris que «grimper aux arbres» n’était pas une discipline olympique.

«On célèbre nos athlètes. Nous reconnaissons à quel point ils font des sacrifices extraordinaires pour représenter leur pays, a insisté M. Trudeau. On est extrêmement fiers de tous nos athlètes, mais on est particulièrement fiers de celle qui va porter le drapeau à la tête de la délégation canadienne à Rio.»

Les deux dernières années n’ont pas été de tout repos pour MacLennan, qui a dû se remettre d’une commotion cérébrale. Elle est parvenue à décrocher son laissez-passer pour Rio en obtenant une quatrième place aux Championnats du monde de gymnastique en novembre dernier, après seulement une semaine d’entraînement.

MacLennan dit avoir retrouvé la forme et être prête à défendre son titre. «C’est vrai que ça m’a retardée un peu et que j’essayais de rattraper ce retard au cours des derniers mois, a-t-elle concédé. Mais mes entraîneurs et moi avons travaillé très fort. Et je suis très excitée d’être là où je suis, maintenant.»

L’athlète s’était d’abord illustrée en 2005, lorsqu’elle a remporté le bronze aux Championnats du monde. Elle était ensuite arrivée septième aux Jeux de Pékin, en 2008. À Londres, elle a choisi la routine la plus difficile et a décroché le plus haut pointage de sa carrière, avec 57,305. En allant à Rio, elle en sera à ses troisièmes Jeux olympiques.

Pour la chef de mission adjointe à Rio, l’ex-patineuse Isabelle Charest, la valeur de MacLennan dépasse ses accomplissements sportifs.

«C’est surtout par son implication sociale, comment elle s’investit, a-t-elle expliqué. Elle va rencontrer les jeunes pour promouvoir un mode de vie sain et actif, elle est très présente dans sa communauté et je pense que c’est un excellent modèle pour tous les athlètes canadiens.»

En plus de poursuivre une maîtrise en science de l’exercice à l’Université de Toronto, la gymnaste appuie notamment des organismes de bienfaisance comme Bon départ et Actifs à l’école.

Lors des derniers Jeux d’été à Londres, le triathlète Simon Whitfield avait eu l’honneur de porter le drapeau canadien.

Le coup d’envoi des Jeux de Rio sera donné le 5 août. Le Canada y envoie une équipe de plus de 300 athlètes, avec pour objectif de récolter 19 médailles, soit une de plus que le total d’il y a quatre ans.

La route vers cette grand-messe sportive a été pour le moins cahoteuse. Les préparatifs pour la tenue de cet événement ont connu beaucoup de retard. L’apparition du virus Zika au Brésil a également refroidi plusieurs athlètes, et certains ont choisi de ne pas y participer.

Enfin, l’arrestation jeudi de dix personnes qui planifiaient un attentat terroriste au moment des JO est un autre nuage au-dessus de ces Jeux. Le Brésil assure que les risques d’un attentat demeurent malgré cela «minimes».