La juge condamne le «sextorqueur» d’Amanda Todd à 13 ans de prison

NEW WESTMINSTER, C.-B. — L’homme qui a tourmenté l’adolescente de Colombie-Britannique Amanda Todd avant qu’elle ne meure par suicide a été condamné à une peine sans précédent de 13 ans de prison par un juge qui l’a qualifié de «sextorqueur sur Internet».

La juge Martha Devlin de la Cour suprême de Colombie-Britannique a déclaré vendredi que la conduite calculée d’Aydin Coban avait causé à la jeune fille une angoisse mentale et un isolement social, contribuant à son suicide après qu’il ait dit à Amanda Todd qu’il ruinerait sa vie.

La peine est plus longue que les 12 ans suggérés par la Couronne, mais la juge Devlin a déclaré que la conduite de Coban appelait à «une vive réprimande».

Il a apprécié la détresse croissante de sa victime, a-t-elle déclaré.

«La culpabilité de M. Coban se situe à l’extrémité du spectre.»

Les arguments présentés lors de l’audience de détermination de la peine ont indiqué que la peine la plus longue au Canada jusqu’à présent pour des infractions similaires était d’environ huit ans.

L’histoire d’Amanda Todd, 15 ans, a attiré l’attention du monde entier lorsqu’elle a publié une vidéo sur ses tourments quelques semaines avant sa mort en 2012. Elle a écrit sur des cartes pour expliquer comment elle a été harcelée et extorquée par un prédateur en ligne anonyme.

La vidéo a depuis été visionnée plusieurs millions de fois.

Le nom d’Amanda Todd est connu dans le monde entier pour avoir révélé les recoins sombres d’Internet où les prédateurs attirent les enfants vulnérables, a ajouté la juge Devlin.

Le juge a précisé que Coban avait utilisé un arsenal de faux comptes de médias sociaux et s’était donné beaucoup de mal pour rechercher les membres de la famille et les amis d’Amanda Todd afin de maximiser les dommages après qu’elle l’a supplié d’arrêter.

Coban, qui a été extradé vers le Canada pour y être jugé, purge déjà une peine de 11 ans prononcée aux Pays-Bas pour des crimes similaires impliquant 33 jeunes.

La juge Devlin a annoncé que la peine de 13 ans sera purgée après la fin de la peine néerlandaise de Coban en août 2024.

Le service des poursuites de la Colombie-Britannique a publié une déclaration après la condamnation indiquant qu’aux termes de la remise de Coban, il serait renvoyé aux Pays-Bas pour y purger sa peine actuelle.

Le tribunal a entendu qu’il devait être renvoyé dans les 45 jours et qu’il purgerait sa peine canadienne aux Pays-Bas.

Coban a refusé la réhabilitation et il est probable qu’il récidive, car rien n’indique qu’il ait une idée de son comportement, a spécifié la juge.

Elle a dit qu’elle n’était pas sûre que la réhabilitation soit une option viable parce que Coban n’apprécie pas la gravité de son crime.

L’infraction de Coban était implacable, il savait qu’Amanda Todd n’avait que 12 ans lorsqu’il a commencé à la harceler, et il s’en est pris à elle en se cachant derrière 22 pseudonymes en utilisant une technologie sophistiquée, a ajouté le juge.

La famille d’Amanda Todd devrait être considérée comme la victime secondaire des crimes, ayant subi un préjudice profond et des souffrances continues, a-t-elle complété.

Lors de l’audience de détermination de la peine cette semaine, l’avocat de Coban, Joseph Saulnier, a demandé une peine de deux ans, affirmant qu’une peine supplémentaire en plus de la peine que Coban purge déjà serait «écrasante».

La juge Devlin a déclaré que la condamnation pour extorsion devrait être considérée comme une «sextorsion» lorsqu’elle est contre des enfants, reflétant la compréhension approfondie de l’infraction par la société.

Elle a mentionné les images de pornographie juvénile représentant Amanda Todd.

«Elle ne pouvait pas échapper aux images ou aux vidéos. C’était une  »histoire sans fin »», a-t-elle déclaré, citant la propre description d’Amanda Todd de son calvaire dans la vidéo de 2012.

Carol Todd, la mère d’Amanda, a témoigné au comité de la condition féminine de la Chambre des communes plus tôt ce mois-ci que le pays avait beaucoup appris depuis la mort de sa fille il y a dix ans, mais que la police devait prendre plus au sérieux le harcèlement en ligne.

Elle a mentionné que les victimes ne devraient pas avoir honte.

Mme Todd a ajouté que le gouvernement devait également réexaminer sa législation contre la cyberintimidation qui a reçu la sanction royale en 2014.

Le projet de loi érige en crime le partage d’images intimes sans consentement et précise que les infractions au Code criminel, comme le harcèlement, peuvent également être commises en ligne.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.