La loi «Don’t Say Gay» de Floride alimente la haine anti-LGBTQ en ligne

Des chercheurs qui ont analysé les publications sur les réseaux sociaux révèlent que les références haineuses en ligne visant les personnes de la communauté LGBTQ ont augmenté  après que la Floride a adopté une loi interdisant les cours sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre de la maternelle à la troisième année.

Les références aux pédophiles et au «grooming», soit la manipulation psychologique, ont augmenté de plus de 400 % au cours du mois qui a suivi l’adoption de la mesure «Don’t Say Gay» par la Floride, selon un rapport publié mercredi par la Human Rights Campaign, l’un des plus grands groupes de défense des personnes LGBTQ des États-Unis, et le Center for Countering Digital Hate, un groupe à but non lucratif qui surveille l’extrémisme en ligne.

La mesure, adoptée par l’Assemblée législative de Floride le 8 mars et signée par le gouverneur républicain Ron DeSantis le 28 mars, stipule que les enseignants ne peuvent pas discuter de l’identité de genre ou de l’orientation sexuelle avec leurs jeunes élèves. Les partisans ont déclaré que la décision de parler d’orientation sexuelle devrait être laissée aux parents, et non aux enseignants.

Les critiques ont déclaré que la loi envoyait un message haineux envers les personnes LGBTQ.

Les chercheurs qui ont compilé le rapport ont découvert que les 500 tweets les plus consultés mentionnant le «grooming» avaient été visionnés plus de 72 millions de fois entre janvier et juillet.

Des conservateurs influents ont été à l’origine d’une grande partie de l’augmentation, ont découvert les chercheurs, par le biais de leurs propres publications ou en aimant ou en partageant les publications d’autres personnes. Ils comprennent les représentants américains Lauren Boebert et Marjorie Taylor Greene ainsi que l’attachée de presse de Ron DeSantis, Christina Pushaw, qui a elle-même assimilé la critique du projet de loi à de la pédophilie.

«Si vous êtes contre le projet de loi anti-manipulation, vous êtes probablement un manipulateur ou du moins vous ne le dénoncez pas», a écrit sur Twitter Mme Pushaw en mars.

Mme Pushaw a ensuite défendu ses commentaires, affirmant qu’elle n’avait pas ciblé les personnes LGBTQ dans ses commentaires ni eu l’intention de les attaquer. Elle a ajouté que critiquer la loi de Floride est trompeur et politique.

Les auteurs du rapport avertissent que l’augmentation de la rhétorique anti-LGBTQ incite à la haine qui pourrait conduire à la violence. Ils disent que les plateformes de médias sociaux doivent faire plus pour appliquer leurs propres politiques sur le discours haineux. Les chercheurs ont déclaré avoir signalé 100 des tweets les plus haineux qu’ils ont vus sur Twitter. Un seul a été supprimé.

«La haine et les mensonges en ligne reflètent et renforcent la violence et la haine hors ligne, a rapporté Imran Ahmed, PDG du Center for Countering Digital Hate. La normalisation des discours anti-LGBTQ+ dans les espaces numériques met les personnes LGBTQ+ en danger.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.