La Maison-Blanche modifie la loi sur les espèces en voie de disparition

WASHINGTON — L’administration de Donald Trump a finalisé lundi les changements dans la loi sur les espèces en voie de disparition, pour en «faciliter l’application», mais ses détracteurs affirment que ces modifications mèneront à l’extinction d’un plus grand nombre d’espèces.

Les changements, dévoilés lundi par le secrétaire à l’Intérieur, David Bernhardt, suppriment les protections accordées automatiquement aux espèces nouvellement classées comme «menacées».

Elles permettent aussi aux autorités fédérales de prendre en compte pour la première fois le «prix économique» de la protection d’une espèce donnée.

Les groupes de conservation estiment que ces changements ne tiennent pas compte des impacts du changement climatique, l’une des plus grandes menaces pour les habitats.

Depuis sa signature par le président Richard Nixon en 1973, la loi sur les espèces en voie de disparition a contribué à sauver de l’extinction le pygargue à tête blanche — emblème des États-Unis, un temps menacé —, le condor de Californie et de nombreuses autres espèces animales et végétales.

Au moins 10 procureurs généraux avaient rejoint des groupes environnementaux pour protester contre une première version des changements, affirmant qu’ils mettraient davantage d’animaux sauvages en danger d’extinction.

Les plus populaires