La ministre de la Santé a reconnu qu’elle aurait dû être plus précise

SUDBURY, Ont. – La ministre de la Santé, Jane Philpott, a reconnu dimanche qu’elle aurait pu être plus précise en disant à ses collègues députés qu’elle n’avait jamais eu recours à un service de transport par limousine.

Elle a profité de la présence de tous les ministres, dimanche, pour s’excuser de ce qu’elle a appelé «une erreur» dont tous — la ministre et ses collègues— tireront, selon elle, des leçons.

Il s’agissait de la première apparition publique de Mme Philpott depuis que la controverse a éclaté la semaine dernière. Elle participe à la retraite du conseil des ministres de Justin Trudeau, à Sudbury, en Ontario.

La politicienne fédérale a été critiquée pour son usage répété de transport par voitures de luxe. L’entreprise en question offrant ce service appartient à un homme qui a fait du bénévolat pour la ministre au cours de la campagne électorale, l’automne dernier.

«Les coûts étaient trop élevés. Ils étaient inappropriés. Je m’en excuse», a dit la ministre de la Santé, réitérant sa promesse faite plus tôt cette semaine de rembourser au moins 3 700 $.

Jane Philpott a reconnu qu’elle aurait dû être plus précise dans sa réponse par écrit à une question formulée par l’opposition. Elle avait alors indiqué qu’elle n’avait jamais eu recours à un service de limousines.

Le ministre a dit qu’elle avait fourni cette réponse après avoir demandé conseil auprès de son équipe. Elle a ajouté, dimanche, qu’elle n’avait jamais tenté délibérément de mal agir.

La voiture de luxe ayant servi aux déplacements de Mme Philpott est une berline de modèle Lexus ES 300, a précisé le propriétaire de l’entreprise, Reza Shirani, au réseau CBC. L’automobile a été utilisée dans la grande région de Toronto, à Hamilton et aux chutes Niagara.

Vingt autres trajets vers l’aéroport Pearson de Toronto ont également coûté un total de 3 815 $.

«Je ne veux pas entrer dans les détails sémantiques qui différencient les types de véhicule», a poursuivi Mme Philpott.

Les partis d’opposition n’ont pas été satisfaits par les excuses prononcées par la ministre de la Santé. La semaine dernière, ils ont tour à tour accusé celle-ci d’avoir donné des informations inexactes au Parlement.

«Elle doit faire face aux conséquences (de ses actes) et un cas d’outrage au Parlement pourrait ressortir de cette affaire», a lancé le député conservateur d’Oshawa, Colin Carrie.

Le député de la circonscription de Timmins—Baie-James, le néo-démocrate Charlie Angus, partage le même avis.«Ce n’est pas un comportement crédible de la part d’une ministre occupant un poste aussi important», a-t-il fait valoir.

Note to readers: Dans la version précédente, on avait présenté Charlie Angus comme le porte-parole du NPD en matière de questions éthiques. Ce n’est pas le cas.