La ministre des Relations internationales souffre d’un cancer du poumon

QUÉBEC — La ministre des Relations internationales, Nadine Girault, souffre d’un cancer du poumon.

Malgré cela, elle entend poursuivre sa carrière politique et maintenir ses activités ministérielles, sans devoir s’absenter pour de longues périodes.

Mme Girault en a fait l’annonce mardi, en conférence de presse, accompagnée par le premier ministre François Legault.

Au cours des dernières semaines, Mme Girault avait ralenti ses activités professionnelles pour entreprendre des traitements.

Elle n’a pas précisé la nature de ses traitements, qui ne l’empêchent pas de mener à bien ses activités, assure-t-elle.

«Selon mes médecins, je réagis très bien. Et sincèrement, je ne sens presque pas les effets secondaires tels qu’anticipés. Je vous confirme que j’ai toute ma tête», a commenté la ministre, qui entend tout de même diminuer le nombre de missions effectuées à l’étranger.

«Je me sens en bonne forme intellectuelle et physique», a-t-elle insisté, disant «répondre très, très bien aux traitements».

Elle a été très surprise en prenant connaissance du diagnostic, puisqu’elle était jusqu’alors en parfaite santé et n’avait jamais fumé.

«Cela a été un choc», en apprenant la nouvelle, a dit le premier ministre Legault.

D’origine haïtienne et née au Missouri, Nadine Girault a été élue députée de la circonscription de Bertrand, dans les Laurentides, le 1er octobre dernier. Elle a fait surtout carrière dans le secteur des institutions financières et est âgée de 60 ans.

Mme Girault devait présenter la nouvelle politique internationale du Québec au printemps dernier, mais celle-ci a été reportée à l’automne. Elle veut aussi mettre sur pied prochainement un Institut de la diplomatie, pour former les futurs diplomates du Québec. 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire