La ministre Girault salue l’implication et la résilience des jeunes

MONTRÉAL — Un an après le lancement du nouveau programme Québec Volontaire, mis en œuvre grâce à une subvention du gouvernement provincial, le projet de volontariat prenait tout son sens alors que la province était frappée de plein fouet par l’épidémie du nouveau coronavirus. 

Des centaines d’organismes avaient du mal à combler leur besoin de bénévoles, puisqu’une grande majorité d’entre eux, plus âgés, étaient sommés de rester à la maison pour se protéger.  

Dotée d’une enveloppe de 7,8 millions $ sur cinq ans attribuée par le secrétariat à la jeunesse, l’initiative menée par Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) a pu envoyer des centaines de jeunes à travers la province pour prêter main-forte à des organismes communautaires. 

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, et l’adjoint parlementaire du premier ministre pour la jeunesse, Samuel Poulin, ont assisté mercredi après-midi à une présentation virtuelle de LOJIQ pour constater le fruit des efforts déployés au cours des derniers mois. 

C’est dans ce contexte qu’une jeune participante de 31 ans, Frédérique Landry, a expliqué qu’elle avait pour la première fois de sa vie fait du bénévolat au Québec, en donnant un coup de main à la banque alimentaire de Moisson Montréal. 

Celle qui avait participé à d’autres missions à l’international s’est retrouvée sans emploi à cause de la pandémie. L’expérience lui a permis de prendre conscience des problèmes liés à l’insécurité alimentaire ici même. Elle a aussi pu se familiariser avec les différents services de l’organisme montréalais qui offre entre autres des programmes d’insertion à l’emploi et d’aide aux immigrants. 

Revoir sa mission 

La pandémie a coupé les ailes à des jeunes qui devaient s’envoler vers Paris, Barcelone ou encore Bruxelles. 

Depuis plus de 50 ans, LOJIQ accompagne des jeunes de 18 à 35 ans dans leurs projets d’études, de stages ou de réseautage à l’étranger. 

Ainsi le soutien financier de l’organisme gouvernemental a permis à Jean-Christophe Lamontagne, fondateur de la boîte de distribution de films h264, de partir à Los Angeles pour soutenir la nomination de deux courts métrages aux Oscars il y a deux ans: Marguerite de Marianne Farley et Fauve de Jérémy Comte. 

L’aide financière de LOJIQ permet de rembourser une partie des coûts du billet d’avion, de l’hébergement ou d’autres dépenses reliées au séjour. Les règles varient selon le programme.  

En raison des restrictions de voyage en vigueur, l’équipe a dû revoir son offre, et ce, rapidement. 

Heureusement elle avait déjà entamé un virage numérique plusieurs mois avant la crise. Elle était donc prête à accompagner les candidats à distance, en plus de leur proposer une série de conférences en ligne sur l’impact de la COVID-19 sur leur avenir. 

Ce qui a donné l’occasion à M. Lamontagne d’intervenir à titre de panéliste lors d’une discussion, l’été dernier, sur les enjeux du monde du cinéma dans un contexte pandémique. 

«Ces enjeux existaient déjà», tient-il à souligner, comme celui de la «découvrabilité» de films québécois parmi l’offre foisonnante en ligne. 

Ce webinaire a toutefois permis aux participants d’explorer des solutions pour la relance des arts et de la culture au Québec et à l’international. 

Bilan pandémique

Même si la plupart avaient lieu en ligne, les jeunes ont eu l’opportunité de s’impliquer dans de nombreux projets au cours de la dernière année. Qu’il s’agisse d’un webinaire en vue de la COP26, le sommet international sur le climat, ou en tant que stagiaire à distance pour le Bureau du Québec à Barcelone, de la maison.

Autant de témoignages qui ont suscité l’admiration de la ministre Girault qui a salué leur résilience et leur implication. 

La rediffusion de l’événement placé sous le thème «L’engagement des jeunes et leur vision pour l’avenir», auquel ont été conviés Mme Girault et M. Poulin, est disponible sur Facebook dès vendredi.  

———

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire