La moitié du Nouveau-Brunswick sera en «phase rouge» des mesures sanitaires mercredi

FREDERICTON — Plus de la moitié du Nouveau-Brunswick passera mercredi en «phase rouge» des mesures sanitaires. 

Le Nouveau-Brunswick signalait mardi 31 nouveaux cas de COVID-19 et un décès supplémentaire dû à la maladie. La médecin hygiéniste en chef, la docteure Jennifer Russell, a précisé que le décès d’une personne octogénaire de l’établissement de soins de longue durée Lily Court, à Saint-Jean, porte à 13 le nombre de décès liés à la COVID dans la province depuis le début de la pandémie. 

On compte actuellement 316 cas actifs de COVID-19 au Nouveau-Brunswick, dont une hospitalisation. Sur les 31 nouveaux cas recensés mardi, 21 étaient signalés dans la région d’Edmundston, quatre dans la région de Moncton et trois dans la région de Saint-Jean; on recensait aussi un cas dans chacune des régions de Fredericton, de Campbellton et de Bathurst.

À partir de minuit une, mercredi, les régions de Moncton, de Saint-Jean et de Fredericton rejoignent la région d’Edmundston en «phase rouge» des mesures sanitaires au Nouveau-Brunswick. 

Cette «phase rouge» prévoit notamment que les salles de conditionnement physique, les salons de coiffure et les installations récréatives doivent fermer leurs portes. Les restaurants peuvent rester ouverts, mais ils ne peuvent proposer que des plats à emporter ou des livraisons.

Le premier ministre Blaine Higgs a déclaré que son gouvernement envisagera d’imposer un confinement plus strict si les dernières mesures n’arrivent pas à freiner la propagation du virus dans la province.

Ailleurs dans l’Atlantique 

La Nouvelle-Écosse voisine signalait quatre nouveaux cas de COVID-19, pour un bilan total de 22 cas actifs. 

L’un des nouveaux cas, dans la «zone nord» de la province, est un contact étroit avec un cas déjà signalé. Les trois autres cas, dans la «zone centre», sont liés à des voyages à l’extérieur du Canada atlantique, notamment un étudiant universitaire qui vit hors du campus et qui suit des cours en ligne.

L’Île-du-Prince-Édouard, de son côté, signalait mardi deux nouveaux cas de COVID-19. La médecin hygiéniste en chef, Heather Morrison, a précisé qu’il s’agit d’une femme dans la quarantaine qui a eu un contact avec un cas déjà signalé, et d’une autre femme, dans la vingtaine, qui a récemment voyagé à l’extérieur du Canada atlantique.

On compte maintenant sept cas actifs dans l’île, pour un bilan de 110 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie. 

Le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard a par ailleurs déclaré mardi que les mesures sanitaires devraient bientôt être assouplies dans toute la province, en raison des faibles taux d’infection. Mais Dennis King a précisé qu’il faudra attendre au moins la mi-février avant que l’île ne revienne dans la «bulle atlantique», qui permet aux résidents de voyager librement entre les quatre provinces.

La docteure Morrison a admis qu’elle était préoccupée par la situation dans les provinces voisines. «Depuis le 1er janvier, le Nouveau-Brunswick a signalé 372 nouveaux cas, la Nouvelle-Écosse 60, l’Île-du-Prince-Édouard 12 et Terre-Neuve-et-Labrador six», a-t-elle expliqué. 

«Nos amis et voisins du Nouveau-Brunswick travaillent d’arrache-pied pour contenir la propagation de la COVID-19, signalant 89 nouveaux cas au cours des trois derniers jours, dit-elle. Ils ont actuellement plus de 300 cas actifs, le nombre le plus élevé depuis le début de la pandémie.»

Terre-Neuve-et-Labrador, enfin, ne signalait mardi aucun nouveau cas de COVID-19, pour un bilan actualisé de cinq cas actifs, dont une hospitalisation. La province a signalé jusqu’ici un total de 396 infections et quatre décès liés au coronavirus.

Laisser un commentaire