La nation Wolastoqey ne s’entend pas avec Énergie NB sur le barrage de Mactaquac

FREDERICTON — La première nation Wolastoqey au Nouveau-Brunswick conclut à l’échec des négociations avec Énergie NB concernant le projet de la société d’État de moderniser le barrage et la centrale de Mactaquac, sur le fleuve Saint-Jean.

Dans un communiqué, la Première Nation indique qu’Énergie NB et les chefs autochtones ont passé plusieurs années à négocier les conditions entourant le barrage de Mactaquac, situé à une vingtaine de kilomètres à l’est de Fredericton. 

La province veut maintenir en exploitation ce barrage et cette centrale jusqu’en 2068, à un coût pouvant atteindre 3,6 milliards $. La Première Nation indique qu’Énergie NB a fait une «première offre» en mars 2021, et que les Wolastoqey ont déposé une contre-offre en octobre. 

Mais selon la nation malécite, Énergie NB aurait renié trois des conditions convenues lors des négociations, sur des questions impliquant les intérêts de la communauté, la protection culturelle des Autochtones et les retombées économiques.

Énergie NB n’a pas immédiatement répondu à une demande pour commenter les négociations entourant cette centrale au fil de l’eau, inaugurée en 1968.

Le chef Gabriel Atwin, de la première nation Kingsclear, affirme que la communauté n’a pas eu son mot à dire dans la construction du barrage, qui, selon lui, a causé une pollution sonore et lumineuse, provoqué une contamination de l’environnement et réduit la sécurité alimentaire des Autochtones.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.