La «nouvelle» cheffe des Verts, Elizabeth May, veut augmenter le nombre de membres

OTTAWA — Elizabeth May, cheffe du Parti vert, mettra l’accent sur le réchauffement climatique et le recrutement de membres, après des résultats décevants de sa formation politique fédérale en 2021, pendant qu’elle n’y était plus à la barre. 

Mme May, qui avait été cheffe du Parti vert de 2006 à 2019, partagera éventuellement cette fonction avec le Québécois Jonathan Pedneault. Les deux candidats avaient présenté un «ticket commun» aux membres du parti lors de la course à la direction, l’automne dernier.

Cette formule nouvelle nécessitera toutefois une modification des statuts du Parti vert, pour permettre au duo May-Pedneault de se partager la direction.

M. Pedneault envisage de briguer un siège au Québec au cours des prochaines élections fédérales. Il affirme que le parti se reconstruit actuellement et se recentre sur des questions comme les soins de santé, l’inflation et une transition verte.

Mme May soutient de son côté que le Canada est entré dans un «nouveau type de déni climatique», en continuant à promouvoir des politiques qui ne lui permettront pas de respecter ses obligations internationales de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Elle croit que les plans climatiques du Canada doivent être complètement réécrits, mais elle maintient qu’il n’est pas trop tard pour éviter le pire.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.