La Nouvelle-Écosse affiche un excédent budgétaire «inattendu» de 350,9 millions $

HALIFAX — La Nouvelle-Écosse aura finalement complété l’exercice 2021-2022 en affichant un excédent de 350,9 millions $, alors que le gouvernement libéral précédent prévoyait un déficit de 584,9 millions $ dans son budget de mars 2021.

Au ministère des Finances, on soutient que cet écart de 935,8 millions $ est le plus important de l’histoire de la province. Les progressistes-conservateurs ont été élus en août 2021, après le dépôt du budget libéral. 

Le ministre des Finances, Allan MacMaster, a soutenu vendredi que son gouvernement avait eu les premiers indices d’une situation budgétaire améliorée en novembre dernier, lorsque Statistique Canada a fourni des informations supplémentaires indiquant une augmentation des revenus. Cela a permis au ministre de prédire déjà, dans sa mise à jour économique de décembre dernier, un excédent de plus de 108 millions $.

«Ce fut une belle surprise, je peux vous le dire», a déclaré M. MacMaster aux journalistes vendredi, ajoutant que le montant final des surplus n’avait été connu qu’il y a quelques semaines à peine.

Le ministre a indiqué que les recettes de la province pour l’exercice étaient de 14,1 milliards $, soit une augmentation de 1,3 milliard $ par rapport à ce qu’on prévoyait dans le budget de mars 2021. 

Il explique cette hausse des revenus dans les coffres du gouvernement par une augmentation des recettes fiscales, par la déchéance des permis d’exploitation du gaz extracôtier et par les paiements de transfert fédéraux.

Remettre aux citoyens?

Le ministre MacMaster affirme que les dépenses, qui ont atteint 13,7 milliards $, ont augmenté de 386 millions $ par rapport à ce qui était prévu au budget. Il explique cette hausse par des investissements accrus en santé pendant la pandémie, par des transferts supplémentaires aux municipalités et par le financement accru des infrastructures universitaires.

Le ministre indique que les chiffres pour l’exercice terminé le 31 mars reflètent la reprise économique plus forte que prévu dans la province après la pandémie de COVID-19.

«La Nouvelle-Écosse a connu une contraction économique plus faible que la plupart des autres provinces en 2020, et une croissance plus forte en 2021, a-t-il expliqué. En 2021, le PIB réel de la Nouvelle-Écosse a augmenté de 5,8 % et notre population a augmenté de 2,1 %, dépassant le million de personnes.»

Cependant, même après l’application de l’excédent de 350 millions $ à la dette, la province a terminé l’exercice avec une dette nette de 16,6 milliards $, soit 167,5 millions $ de plus que l’année précédente.

Face à ces surplus, l’opposition s’est demandé pourquoi le gouvernement n’avait pas offert davantage d’aide directe aux citoyens qui se débattent avec une augmentation du coût de la vie due à l’inflation galopante.

Évoquant les prévisions de décembre, le libéral Fred Tilley a estimé que le gouvernement savait déjà qu’il avait plus d’argent à utiliser à sa discrétion. M. Tilley estime ainsi que le gouvernement aurait pu aider les Néo-Écossais en réduisant pendant un an la taxe provinciale sur l’essence — une mesure qu’il avait lui-même proposée lors de la session de printemps à l’Assemblée législative.

La néo-démocrate Lisa Lachance a elle aussi estimé que le gouvernement conservateur a «raté une occasion» d’aider les Néo-Écossais. 

Le ministre MacMaster assure qu’il n’y avait pas suffisamment d’informations l’année dernière ou avant que son gouvernement ne dépose son premier budget, en mars dernier, qui prévoit un déficit de 506,2 millions $ pour l’exercice 2022-2023.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.