La Nouvelle-Écosse permet les rassemblements de 10 personnes sans distanciation

HALIFAX — La Nouvelle-Écosse permet les rassemblements d’un maximum de 10 personnes, alors que la province a connu une neuvième journée consécutive sans nouveau cas de COVID-19.

L’annonce du premier ministre Stephen McNeil, jeudi, signifie que les personnes qui participent à ces rassemblements n’auront pas à respecter la distanciation sociale de deux mètres.

Du plus, les terrains de jeu sont rouverts et les rassemblements d’un maximum de 50 personnes lors d’événements sociaux spéciaux, de culte, sportifs, de mariages, de funérailles et d’événements culturels sont permis.

Le premier ministre a également affirmé qu’il s’attendait à ce que la province permette la visite d’autres Canadiens sans période d’isolement de deux semaines à compter de la deuxième ou la troisième semaine de juillet.

Il a ajouté que la première étape serait la création d’une «bulle de l’Atlantique», alors que les déplacements seraient permis entre les quatre provinces de l’Est. La province ouvrirait ensuite ses frontières au reste des Canadiens.

En ce qui concerne les rassemblements, les autorités sanitaires encouragent les personnes à créer des bulles, sans toutefois les forcer à le faire.

Lors des rassemblements publics de 50 personnes, la distanciation sociale de deux mètres doit être respectée.

Les entreprises ou commerces qui ne peuvent assurer la distanciation physique en raison de leur petite taille devront limiter l’accès à un maximum de 10 personnes à la fois.

«Nous sommes heureux de vous informer que vous allez pouvoir enfin faire l’accolade à vos petits-enfants, à vos parents ou à vos amis», a dit M. McNeil en conférence de presse.

Le premier ministre a ajouté qu’il espérait «la relance sécuritaire de notre économie et de la province pour que les Néo-Écossais et les entreprises de la communauté puissent passer un bel été».

Il a encouragé les citoyens à continuer à respecter les mesures d’hygiène et de distanciation sociale qui ont permis de limiter les cas d’infection.

Il ne restait que deux cas actifs de la COVID-19 en Nouvelle-Écosse. Les deux patients recevaient des traitements à l’hôpital.

M. McNeil a indiqué qu’il était en discussion avec ses homologues des autres provinces de l’Atlantique au sujet de la réouverture des frontières.

Étau desserré pour Campbellton

De son côté, le Nouveau-Brunswick a levé sa recommandation contre les déplacements non essentiels en direction et en provenance de la région de Campbellton, qui a été touchée par une éclosion de cas de la COVID-19.

La médecin en chef, Jennifer Russell, a également noté dans une déclaration qu’il n’y avait pas de nouveau cas de la COVID-19 dans la province.

Le nombre total de cas confirmés est toujours de 164, dont deux décès dans une résidence de soins de longue durée de la région de Campbellton.

Mme Russell a indiqué qu’il y avait toujours 27 cas actifs, dont deux hospitalisations, incluant un patient aux soins intensifs.

À Terre-Neuve-et-Labrador, il n’y a plus de cas actifs. La province a affirmé que 258 des 261 cas positifs sont résolus. Il y a également eu trois décès liés au coronavirus.

Les dirigeants ont annoncé cette semaine que de nombreuses restrictions liées au confinement pendant la pandémie devraient être levées la semaine prochaine, si la situation demeure stable.

Le «niveau d’alerte» à compter du 25 juin devrait permettre les rassemblements de 50 personnes si la distanciation physique est possible. Les bars, gyms et arénas pourront rouvrir leurs portes, ainsi que les lieux de culte.

Les plus populaires