La Nouvelle-Écosse réduit les obstacles aux soins d’affirmation de genre

HALIFAX — La Nouvelle-Écosse élimine l’exigence selon laquelle les patients souhaitant obtenir des soins d’affirmation de genre doivent obtenir plusieurs lettres de médecins spécialistes avant d’obtenir un traitement ou une intervention chirurgicale.

La ministre de la Santé, Michelle Thompson, a déclaré mercredi dans un communiqué que le changement réduira les obstacles aux soins de santé et les temps d’attente.

Les soins d’affirmation de genre comprennent le traitement hormonal et la chirurgie qui aident les personnes à faire correspondre leur apparence physique à leur identité de genre.

Mme Thompson dit avoir entendu des Néo-Écossais que le processus d’accès à la chirurgie d’affirmation de genre, qui peut prendre des années, est inutilement difficile et s’accompagne de «retards douloureux».

Auparavant, les candidats aux chirurgies d’affirmation de genre avaient besoin d’une lettre d’évaluation de la santé mentale, d’une lettre de soutien d’un spécialiste et d’une troisième lettre d’une clinique ou d’un médecin de famille confirmant que le patient sera soigné après la chirurgie.

Désormais, seule la lettre de santé mentale sera requise pour ceux qui subissent une intervention chirurgicale en Nouvelle-Écosse, et la lettre de soins postopératoires ne sera nécessaire que pour les personnes qui quittent la province pour une intervention chirurgicale.

Cette dépêche a été produite avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.