La Nouvelle-Écosse regroupe cinq agences économiques en deux sociétés d’État

HALIFAX — Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse a choisi deux «amis personnels» pour assurer la transition de cinq agences économiques dotées d’un budget total de 100 millions $ vers deux nouvelles sociétés d’État.

Le premier ministre Tim Houston a expliqué que ce changement permettra d’uniformiser les opérations, tout en rendant le gouvernement plus imputable de ses décisions concernant le développement économique.

M. Houston a toutefois réfuté l’idée selon laquelle l’objectif serait réellement de permettre au gouvernement de choisir lui-même quelles entreprises auraient droit à des subventions.

«Bien sûr que non, a-t-il répliqué. Je veux que le gouvernement soit imputable de ses décisions. Je ne veux plus que l’on puisse mettre la faute sur des conseils d’administration indépendants.»

La société de gestion des terres Nova Scotia Lands, la société de gestion immobilière Harbourside Commercial Park et la société de développement économique Develop Nova Scotia seront regroupées au sein d’une nouvelle société d’État appelée Build Nova Scotia.

L’agence de développement économique Nova Scotia Business et la société de gestion de capital de risque Innovacorp vont quant à elles ensemble devenir Invest Nova Scotia.

Le gouvernement provincial a déjà annoncé que les présidents d’Innovacorp, Nova Scotia Business, et Develop Nova Scotia seront congédiés avec indemnité de départ. Il n’a toutefois pas précisé si d’autres emplois seront perdus.

M. Houston a choisi les hommes d’affaires aguerris Wayne Crowley et Tom Hickey pour assurer la transition vers les deux nouvelles sociétés d’État jusqu’à ce que de nouvelles têtes dirigeantes soient embauchées.

«Ils font partie de mes amis personnels, a indiqué le premier ministre. Je les connais depuis longtemps et ce sont des personnes très compétentes. J’ai entièrement confiance en eux.»

Le gouvernement a précisé que M. Crowley et M. Hickey seront chacun payés 1500 $ par jour pour leur travail, jusqu’à un maximum de 18 000 $ par mois.

Du côté des partis d’opposition, tant les libéraux que les néo-démocrates ont dénoncé le fait que le premier ministre a choisi deux de ses amis pour effectuer la transition vers les nouvelles sociétés d’État.

«Ça n’inspire pas confiance», a simplement mentionné la cheffe du NPD Claudia Chender. Elle a aussi noté que le moment choisi pour faire cette annonce est discutable, considérant que les élus ont été appelés d’urgence en chambre pour annuler la hausse recommandée du salaire des députés.

Le porte-parole libéral en matière de Développement économique, Fred Tilley, a prévenu que son parti suivra de près le processus d’embauche des nouveaux dirigeants.

«Nous devons nous assurer que le gouvernement est transparent. C’est ce que les Néo-Écossais attendent de lui», a tranché M. Tilley.

Build Nova Scotia sera notamment responsable des rénovations majeures de 2 milliards $ du Centre des sciences de la santé Queen Elizabeth II à Halifax.

Un autre changement visera à intégrer le personnel et les opérations de la Nova Scotia Gaming Corporation au ministère des Finances et au Conseil du Trésor. M. Houston a aussi confirmé que le processus visant à améliorer la structure de gouvernance de l’Art Gallery of Nova Scotia se poursuit.

Le premier ministre a indiqué qu’un projet de loi sera présenté cet automne pour refléter les changements apportés aux agences.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.