La Nouvelle-Écosse repousse la dernière phase de son plan de déconfinement

HALIFAX — La Nouvelle-Écosse reporte le passage à la phase finale de son plan de relance au début du mois prochain en raison de la quatrième vague de COVID-19 dans la province et ailleurs dans les Maritimes.

La phase 5 du plan de déconfinement devait entrer en vigueur mercredi, mais la ministre de la Santé Michelle Thompson a fixé la nouvelle date au 4 octobre, au plus tôt.

«Il est préférable de garder le statu quo pour un peu plus longtemps, plutôt que de faire fi de la hausse des cas et de passer à la phase suivante», a-t-elle soutenu lors d’une conférence de presse, mardi. Rouvrir à fond l’économie de la province avant le mois d’octobre «pourrait nous forcer à remettre en place des mesures sanitaires strictes plus tard et nous obliger à reculer», selon elle.

«Ce n’est pas ce que nous voulons», a tranché la ministre.

La province a fait état de 66 nouveaux cas de COVID-19 mardi, dont 61 se trouvent dans la zone nord. Deux sont liés à des voyages et 59 impliquent des contacts étroits avec des infections précédemment signalées.

Le médecin-hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le Dr Robert Strang, a affirmé que les autorités surveillent particulièrement la zone nord pour éviter que le virus se propage ailleurs. Plusieurs cas dans cette zone impliqueraient un groupe non identifié de personnes qui sont en grande partie non vaccinées.

Les cinq cas restants se trouvent dans la région de Halifax, où les responsables affirment qu’il existe des signes de propagation communautaire parmi les personnes âgées de 20 à 40 ans qui ne sont pas vaccinées et qui participent à des activités sociales.

Les autorités n’ont rapporté aucun cas lié aux écoles, qui ont ouvert leurs portes aux élèves le 7 septembre. Le masque sera obligatoire à l’école au moins jusqu’au 4 octobre.

La phase 5 du plan de déconfinement doit lever la plupart des mesures de santé publique liées à la pandémie si 75 pour cent de tous les Néo-Écossais sont complètement vaccinés.

Cependant, environ 72,7 pour cent de la population est complètement vaccinée, et le premier ministre Tim Houston a déclaré que l’objectif de 75 pour cent était «très ferme».

Le Dr Strang a précisé que la quatrième vague touche particulièrement les personnes qui ne sont pas complètement vaccinées.

«La quatrième vague frappe les provinces de l’Atlantique, comme elle le fait ailleurs, et elle cible surtout les personnes qui ne sont pas vaccinées, a-t-il affirmé. Je ne suis pas assez rassuré pour passer à la phase 5.»

Selon lui, la province sera «beaucoup plus prête» à le faire une fois que la politique de «preuve de vaccination» sera entrée en vigueur, également le 4 octobre.

Cette preuve de vaccination permettra aux gens doublement vaccinés de fréquenter des lieux jugés non essentiels, comme les restaurants, les salles de sport, les cinémas, ainsi que les concerts et les événements sportifs.

Au Nouveau-Brunswick, les autorités rapportent 35 nouveaux cas mardi, dont 30 chez des personnes qui ne sont pas adéquatement vaccinées.

Le nombre de cas actifs dans la province s’élève à 244. Onze personnes sont hospitalisées en raison du virus au Nouveau-Brunswick, parmi lesquelles huit se trouvent aux soins intensifs.

Les autorités ont par ailleurs confirmé qu’un cas positif a été rapporté à l’école secondaire Fredericton, ainsi qu’un autre à l’école primaire Andover, à Perth-Andover.

Les protocoles en place obligent les écoles où des cas sont détectés à fermer ou à basculer vers l’enseignement à distance pour au moins une journée afin de permettre l’enquête épidémiologique sur les contacts.

En date de mardi, 77 pour cent des personnes admissibles sont complètement vaccinées au Nouveau-Brunswick, tandis que 85,6 pour cent de la population a reçu au moins une dose.

Les autorités ont encore une fois appelé les personnes qui ne sont pas complètement vaccinées à se présenter à une clinique sans rendez-vous, ou encore à prendre rendez-vous en ligne ou auprès de leur pharmacien.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.