La Nouvelle-Écosse veut profiter de la popularité du controversé Donald Trump

HALIFAX – La Nouvelle-Écosse tente de profiter de la popularité du controversé Donald Trump, qui pourrait bientôt devenir le prochain candidat républicain en vue de la course à la Maison-Blanche.

Tourisme Nouvelle-Écosse a réinvesti une partie de son budget dans des publicités sur Google qui cibleront les gens intéressés par le site désormais populaire «Cape Breton If Donald Trump Wins» («Si Trump gagne, déménagez au Cap-Breton», en français).

Martha Stevens, présidente-directrice générale par intérim de Tourisme Nouvelle-Écosse, a affirmé que la province tentait de profiter de l’initiative amusante lancée par l’animateur de radio Rob Calabrese. Ce «cadeau» a beaucoup profité à la province, selon Mme Stevens.

Le site web propose aux Américains de considérer un déménagement sur l’île néo-écossaise dans l’éventualité d’une victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis.

Environ 800 000 visiteurs uniques — pour la plupart des Américains — ont parcouru la page depuis le 15 février.

Le site «cbiftrumpwins.com» se concentre sur l’immigration, et non sur le tourisme. Mais maintenant, on pourra apercevoir un lien vers le site touristique de la province.

«Si l’option de déménager est (considérée), pourquoi ne pas nous rendre visite en cette saison touristique pour expérimenter notre manière de vivre?», pourra-t-on lire.

La fréquentation du site «novascotia.com» a grimpé de 44 pour cent à la mi-février, alors que pour la section sur le Cap-Breton, elle a bondi de 975 pour cent.

Mme Stevens a indiqué qu’une partie des 5 millions $ dépensés en publicité par la société de la Couronne serait déboursée pour les annonces sur Google.

Les publicités ne mentionneront pas M. Trump et viseront les clientèles de l’Ontario, du Québec et des États de la Nouvelle-Angleterre.

«Cela nous permet d’être plus efficaces pour cibler les clients qui ont déjà démontré de l’intérêt», a précisé Mme Stevens.