La nouvelle mutation de la COVID-19 est identifiée en Ontario

La dernière mutation de la COVID-19 est présente au Canada.

L’Ontario a annoncé samedi avoir identifié les deux cas confirmés au pays du variant de la COVID-19 détecté une première fois au Royaume-Uni.

La médecin-hygiéniste en chef adjointe de la province, Barbara Yaffe, a indiqué dans un communiqué qu’il s’agissait d’un couple de la région de Durham, à l’est de Toronto. Ces deux personnes n’ont pas d’antécédents de voyages et n’ont pas été en présence d’un contact à risques élevés.

«Cela renforce la nécessité pour la population de l’Ontario de rester à la maison le plus possible et de continuer à respecter les consignes de santé publique, notamment les mesures de confinement à l’échelle de la province qui sont entrées en vigueur aujourd’hui», a déclaré la Dre Yaffe.

Selon les études épidémiologiques, ce nouveau variant se propage plus facilement et plus rapidement que la version originale du coronavirus, mais il ne serait pas plus mortel.

Le gouvernement ontarien a ajouté que «rien ne prouve que les vaccins approuvés par Santé Canada seraient moins efficaces pour lutter contre le nouveau variant».

L’Agence de la santé publique du Canada a voulu se montrer rassurante. «Bien que les données préliminaires suggèrent que ces nouveaux variants pourraient être encore plus contagieux, jusqu’à maintenant aucune preuve n’indique que ces variants causent une maladie plus grave ou ont des répercussions sur la réponse anticorps ou l’efficacité du vaccin», a-t-elle écrit par communiqué.

Le variant a été identifié une première fois au Royaume-Uni, mais a depuis été détecté dans plusieurs autres pays, dont le Danemark, la Belgique, l’Australie et les Pays-Bas.

Les autorités disent ne pas être surprises par l’apparition de ce variant de la COVID-19 en raison «de l’arrivée de vols internationaux». Elles ont exhorté le gouvernement fédéral à instaurer un nouveau programme de test dans les aéroports internationaux.

«Reconnaissant le risque accru que peuvent poser les voyageurs internationaux qui arrivent en Ontario pour la transmission de ce nouveau variant, la province continue d’exhorter le gouvernement fédéral à s’associer à l’Ontario pour instaurer un programme de tests de dépistage à l’Aéroport international Toronto Pearson, ont-elle indiqué. Si le gouvernement fédéral n’accorde pas son soutien, le gouvernement de l’Ontario est prêt à faire cavalier seul.»

Cette semaine, le gouvernement fédéral a prolongé jusqu’au 6 janvier la suspension des vols en provenance du Royaume-Uni.

Laisser un commentaire