La pandémie a exacerbé les inégalités sociales, souligne la docteure Tam

OTTAWA — À cause de la propagation de la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée au cours de la première vague de la pandémie, le Canada a affiché l’un des taux de mortalité les plus élevés parmi les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Un aperçu de la situation au Canada pendant la première vague est présenté dans le rapport annuel de l’administratrice en chef de la santé publique, la docteure Theresa Tam.

Le rapport, publié mercredi, précise que la pandémie de COVID-19 a exacerbé les inégalités sociales, qui existaient déjà, entre des groupes comme les personnes âgées, les travailleurs des services essentiels, les employés du secteur agricole, les femmes et les personnes racisées.

On indique que ces groupes déjà désavantagés ont été touchés de manière disproportionnée par la COVID-19.

Le rapport indique aussi qu’à l’échelle mondiale, le Canada se classe 79e sur 201 pays en termes de nombre total de cas par million d’habitants, mais 26e pour le nombre total de décès par million d’habitants. Ce taux de mortalité «disproportionné» est dû «en grande partie» aux éclosions et aux décès dans les foyers de soins de longue durée, rappelle le rapport.

Les résidents des foyers de soins de longue durée représentaient 80 % de tous les décès liés à la COVID-19 recensés jusqu’au mois d’août au Canada.

Laisser un commentaire