La pénurie de médicaments est un «signal d’alarme», disent les pharmaciens

TORONTO — Les pénuries de médicaments au pays sont des signaux d’alarme sur la vulnérabilité du système d’approvisionnement au Canada, soutiennent des experts.

Partout au pays, les gens ont du mal à trouver des médicaments pour adultes contre le rhume, la toux et la grippe, et ce, juste après une pénurie de médicaments contre la fièvre et la douleur chez les enfants qui n’est toujours pas entièrement résolue.

«C’est un peu un signal d’alarme», a avancé Joelle Walker, vice-présidente des affaires publiques et professionnelles à l’Association des pharmaciens du Canada.

En décembre, l’association a interrogé de manière informelle des pharmaciens dans l’ensemble du pays et a constaté qu’il y avait «encore une certaine pression» sur l’approvisionnement en médicaments pédiatriques contre la douleur et la fièvre, même après que le gouvernement fédéral en a importé davantage pour aider à atténuer la pénurie.

De nombreux pharmaciens ont dit être soit complètement à court de médicaments pour adultes contre le rhume et la grippe, soit avoir un «approvisionnement minimal».

Il n’y a pas eu de problèmes identifiés du côté de la fabrication qui expliqueraient ces pénuries, a indiqué Mina Tadrous, professeur adjointe de pharmacie à l’Université de Toronto, spécialisée dans la politique en matière de médicaments et la surveillance des médicaments.

M. Tadrous et Mme Walker ont tous deux déclaré que le problème semble être une demande énorme, car de plus en plus de personnes tombent malades pendant cette saison de maladies respiratoires.

La situation est aggravée par les achats de panique et le stockage alors que les gens s’inquiètent des pénuries.

«Je ne suis pas sûre que nous nous attendions à ce qu’un médicament en vente libre connaisse un approvisionnement aussi serré», a précisé Mme Walker.

Cependant, malgré la demande extraordinaire, ce ne sont pas les premières pénuries de médicaments au Canada, a-t-elle dit — et elles révèlent un problème plus profond dans la façon dont le pays gère son approvisionnement en médicaments.

«Maintes et maintes fois… nous avons une pénurie qui se produit. Nous nous efforçons tous d’y faire face, puis nous passons à autre chose, a rappelé Mme Walker. Ce que nous aimerions voir, c’est un plan d’action plus complet pour prévenir les pénuries.»

«Une partie de cela crée un environnement où non seulement les fabricants sont prêts à investir dans la production nationale ici, mais sont prêts à apporter leurs produits sur le marché (canadien)», a-t-elle déclaré.

De plus, le gouvernement fédéral doit investir dans l’élaboration d’une «liste critique de médicaments», qui, selon Mme Walker, identifierait les médicaments les plus importants pour les Canadiens et les risques de pénurie. Ces risques pourraient inclure le fait de ne dépendre que d’un ou deux fabricants pour un médicament donné.

Une telle liste permettrait au gouvernement de prendre des mesures telles que le renforcement de la production nationale ou la collaboration avec d’autres pays qui produisent ces médicaments, a ajouté M. Tadrous.

De plus, le Canada doit améliorer les données dont il dispose sur l’approvisionnement en médicaments afin de pouvoir réagir plus rapidement aux pénuries, plutôt que d’attendre «que les étagères soient vides», a-t-il ajouté.

Malheureusement, a dit M. Tadrous, il est irréaliste de penser qu’il n’y aura jamais de pénurie de médicaments.

«Le nombre de pénuries qui se produisent est inacceptable et que nous pourrions faire mieux.»

La «côté positif» de la pandémie de COVID-19 est qu’elle a montré à quelle vitesse Santé Canada peut agir en important des médicaments, a-t-il affirmé.

«Nous devons profiter du fait que les politiciens prêtent enfin attention à cela. Les décideurs politiques prêtent enfin attention à cela. Et nous pouvons peut-être faire un autre mouvement de la même manière que nous l’avons fait lorsque la pandémie a frappé.»

Dans une déclaration envoyée par courriel à La Presse Canadienne vendredi, le cabinet du ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, a déclaré être «au courant de la situation concernant les médicaments contre le rhume et la grippe pour adultes».

«Nous suivons de près la situation, car elle évolue rapidement, indique la déclaration. Notre bureau et Santé Canada sont déjà en discussion avec des fabricants ici au Canada et à l’étranger.»

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.